Le FM93 défend la guerre nucléaire

En réaction aux attentats de Bruxelles, Sylvain Bouchard, animateur de... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) En réaction aux attentats de Bruxelles, Sylvain Bouchard, animateur de l'émission matinale du FM93, dans son émission du 22 mars, propose d'anéantir l'État islamique (EI) avec l'arme nucléaire.

Ce n'est pas une mince affaire. Ébahi par ce propos, j'ai réécouté l'émission en différé avant d'écrire ce texte. M. Bouchard prétend que l'EI peut être anéanti en deux semaines, mais que ce ne serait pas propre, qu'il y aurait des dommages collatéraux. 

Entre Justin Trudeau et Donald Trump sur ce sujet, il choisirait Trump qui a promis cet anéantissement. Il dit qu'on connaît le territoire occupé par l'EI où on pourrait faire des frappes majeures. Il termine son segment sur le sujet en valorisant le largage de bombes nucléaires à Hiroshima et à Nagasaki. «Des gens ne méritaient pas de mourir, des citadins et non des soldats. On combattait aussi des idéologies, dont l'idéologie impériale nippone. Mais on a mis fin à la guerre. On a fait ce qu'il fallait. La majorité des historiens affirment qu'on a sauvé beaucoup plus de vies avec ça qu'on en a perdues. Mais ici ça ne se passera pas à moins que Trump soit élu.»

On n'est plus à la radio poubelle. On est rendu à la radio des mille collines, à la radio de propagande qui prône des millions de morts innocentes en utilisant une arme qui représente le summum de l'horreur, l'ultime souffrance et la dévastation redoutées à l'échelle de la planète.

A-t-on entendu des voix à cette station qui se dissociaient de ces propos? Les autres animateurs ou les propriétaires? Pas moi, en tout cas.

Jeannot Vachon, Québec

***

Pour le tout électrique

En réaction au texte «Une solution tout électrique?» d'Annie Morin publié le 22 mars

À Québec et à Lévis, on n'a pas demandé un métro «tout électrique» et on n'aura pas un tramway «tout électrique». Par contre, il serait normal que dans la capitale du Québec il y ait enfin un transport collectif «tout électrique» tel qu'évoqué dans Le Soleil du 22 mars. Il serait tout à fait inacceptable que pour le service rapide par bus (SRB) on ait des autobus hybrides qui polluent tout de même à au moins 65 % de la pollution émise par les autobus tout diesel. On espère donc que les études sur l'implantation du SRB soient orientées exclusivement sur la solution «tout électrique».

Gilles Côté, Lévis

***

L'UPAC et les corps célestes

Sans vouloir minimiser les graves accusations qui pèsent sur les prévenus visés par l'Unité permanente anticorruption (UPAC) jeudi, ce qui me trouble dans cette affaire, ce sont les multiples coïncidences temporelles des frappes de l'unité policière avec des jalons cruciaux du Parti libéral. La plus récente frappe est de plus décochée à un moment capital de l'avenir du commissaire Robert Lafrenière. Je m'explique.

À la veille même du jour de la rentrée parlementaire de l'automne 2013, un premier missile de l'UPAC frappait le chef libéral fraîchement élu : un reportage révélait en effet une perquisition au Parti libéral du Québec et divulguait que son chef avait été ensuite interrogé par les policiers. Pure coïncidence? Peut-être. Et voilà qu'une autre bombe plus récente vient d'éclater, le matin même de la présentation du budget, par l'arrestation de l'ancienne vice-première ministre Nathalie Normandeau. Interrogé sur cette coïncidence, le commissaire a répondu que «les planètes étaient alignées». Dans cet alignement des corps célestes, la carrière du commissaire y trouverait-elle son compte?

Le mandat du premier commissaire de l'UPAC arrive en effet à échéance, et dans deux semaines, le comité de sélection reçoit en entrevue cinq candidats. En frappant à un moment crucial (le jour du dépôt du budget) alors que le dossier dormait depuis un an (La Presse, 18 mars) sur le bureau de la procureure en chef du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales, le commissaire Lafrenière a de quoi étoffer son dossier de candidature pour un deuxième mandat, affirmer sa virginité politique et menotter en quelque sorte le gouvernement. Comment le gouvernement actuel pourrait-il en effet écarter le candidat Lafrenière sans craindre les foudres d'une population qui y verrait à coup sûr une vendetta?

Pures coïncidences que le moment des frappes? Peut-être. Ce qui est sûr, c'est que toute la force de l'UPAC réside dans son intégrité. Pour préserver l'intégrité de cette essentielle unité anticorruption et prévenir les simultanéités troublantes d'aujourd'hui, le premier commissaire devrait être désigné par l'Assemblée nationale aux deux tiers du vote de ses membres, malgré les réticences déjà exprimées par l'actuel commissaire devant ce mode de désignation.

Romain Gagné, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer