SRB: commencer par le début

Le projet demandera dans sa phase de faisabilité, on en a jamais vu la... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le projet demandera dans sa phase de faisabilité, on en a jamais vu la préfaisabilité, un autre 12,5 millions $. On se rappellera qu'il y a peu, un montant de 8 millions $ avait déjà été consacré à un projet de portée similaire, cette fois pour le tramway. Le nouveau projet de SRB ne présente pas un parcours plus étendu, mais les mêmes solutions chaotiques pour les transhumances matinales et vespérales sur les ponts et un délai de 8 à 10 ans pour voir enfin le nouveau-né!

Nous en sommes rendus à la troisième mouture d'études et de consultations diverses! Rappelons aux lecteurs qu'un montant de 250 000 $ avait déjà été englouti dans une étude des ceintures ferroviaires, étude dont nous n'avons plus jamais entendu parler.

Quand va-t-on enfin commencer par le début en faisant vaste étude socioéconomique pour définir la demande de la population, mais aussi les priorités nécessaires à ces deux villes didymes que sont Québec et Lévis?

Au lieu de se lancer dans des projets mal ficelés et caducs dès le départ, il est peut-être temps que le gouvernement pense aux régions qu'ils délaissent volontairement au profit d'un clientélisme axé sur Montréal et Québec.

Jacques Vandersleyen, Lévis

***

Et la route 175?

La protection de la source d'eau potable de la ville de Québec semble être assurée, maintenant et pour longtemps, par un nouveau règlement. Tout cela semble très bien accepté par la population, même par celle des villes de la banlieue nord.

Un sondage vient appuyer ce fait. Attention! personne n'est contre la vertu, même les gens qui habitent la banlieue nord. Tout le monde se soucie de l'environnement. Cependant, la Communauté urbaine de Québec évite de pointer, sciemment ou involontairement, un problème majeur. La route 175 déverse chaque hiver et chaque printemps des tonnes de sel ou de résidus qui vont contaminer tous les petits ruisseaux et petites rivières du versant nord. Où se jettent ces petits affluents? Dans le lac Saint-Charles et tout autour. Alors, faut-il condamner la 175? Faut-il ignorer toutes les études qui confirment que la 175 peut ajouter aux problèmes déjà existants? Si M. le maire de Québec est logique dans sa démarche, pourquoi ne demande-t-il pas au ministère des Transports du Québec de fermer la 175 pour cause de dommages irrémédiables à la santé du lac Saint-Charles?

Lévis Bouchard, Québec

***

Blair avait du flair, pas Mulcair

Je comprends les membres du Nouveau Parti démocratique (NPD) qui ne reconnaissent plus leur propre parti. Lors de la dernière campagne électorale, Thomas Mulcair a imité Tony Blair, qui, souvenons-nous-en, avait déplacé le Parti travailliste britannique vers le centre de l'échiquier politique dans les années 90, avec le contentement de nulle autre que Margaret Thatcher. Le hic, c'est que, contrairement à Blair, qui avait du flair, Mulcair a perdu son pari. Cela est d'autant plus choquant que Justin Trudeau et le Parti libéral ont pris la place laissée vacante par le NPD et l'ont emporté en octobre dernier.

En 2019, cependant, la situation sera probablement différente. Les libéraux auront tant grevé les finances de l'État canadien qu'il sera de bon ton à ce moment-là de se tenir au centre. Bref, les membres du NPD devraient y penser à deux fois avant d'envoyer prendre l'air Tom, Tommy, Thomas Mulcair.

Sylvio Le Blanc, Montréal

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer