Député ou lobbyiste?

Lettre à Gérard Deltell, député de Louis-Saint-Laurent (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Lettre à Gérard Deltell, député de Louis-Saint-Laurent

Je n'ai pas voté pour vous parce que je ne voulais pas d'une majorette de plus au pouvoir pour TransCanada. Je suis très déçu de votre prise de position publique sur le projet Énergie Est. Je ne crois pas que votre opinion représente celle de l'ensemble des électeurs de la circonscription donc par respect pour les 50 % qui tout comme moi n'ont pas voté pour vous, je vous demande un peu plus de retenue et d'objectivité dans vos interventions médiatiques. TransCanada a déjà 23 lobbyistes enregistrés au Québec, incluant l'ancien PM Jean Charest. Ils n'ont pas besoin d'un autre pour défendre leur position, sinon démissionnez et enregistrez-vous comme la loi québécoise l'exige. Jusqu'à nouvel ordre vous êtes censé être au service des citoyens et non des corporations multimilliardaires de l'Ouest comme TransCanada. 

Michel Martin, Québec

***

La mince ligne rouge

Un débat qui revient de façon cyclique dans l'actualité refait surface cette semaine. Après, l'ADQ et le PQ, c'est au tour de la CAQ de questionner le taux d'immigration du Québec considérant notre difficulté collective à intégrer nos immigrants. Je ne crois pas que les questions soient injustifiées, mais il semble qu'il soit difficile au Québec de soulever un tel débat sans un dérapage indécent de part et autre. La racine du problème est la même que celle soulevée lors des auditions de la commission Bouchard-Taylor, soit le manque de balises claires au Québec. Comme on le dit souvent, «c'est le fun quand c'est clair». Le PLQ entretient la mince ligne rouge dans ce débat par opportuniste politique au même titre qu'il parle de souveraineté de façon périodique pour garder un certain niveau de crainte notamment chez les anglophones. Nous sommes seulement en 2016, mais il faut se poser la question dès maintenant : peut-on continuer dans un régime démocratique en prenant constamment des décisions en fonction de la peur de l'autre ou peut-on avancer comme société et parler d'enjeux sans provoquer de tempête médiatique? Il nous faut un changement de paradigme au Québec et je crois que la CAQ n'est pas très loin de représenter ce changement. Il reste à voir ce que le PQ va devenir. 

Guillaume Boivin, Québec

***

Qu'attend Couillard?

Alors que les autres premiers ministres se commettent pour leurs chantiers, Philippe Couillard reste muet sur la Davie en manque de contrats mal distribués. En effet, après un boycottage de plus de 10 ans par les conservateurs au fédéral, les Chantiers Davie Canada manquent cruellement de travail à offrir aux ouvriers. Déjà l'Assemblée nationale a voté unanimement la requête de rapatrier le Diefenbaker, super brise-glace pour l'Arctique, mais le gouvernement est resté sourd aux appels du plus gros chantier au Canada pour du travail. Qu'est-ce que Couillard attend pour s'impliquer dans un combat qui devrait nous prouver l'efficacité du fédéralisme à répartir équitablement le travail disponible au Canada ? Ce n'est pas du chantage, il s'agit d'un retour de nos taxes sous forme d'une attribution de contrats à un des équipements industriels majeurs du Québec.

Guy Roy, Lévis

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer