Ne tenons pas les aînés à l'écart

Mes propos ont fait réagir, j'en suis très heureux. Le débat s'impose. Les... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Mes propos ont fait réagir, j'en suis très heureux. Le débat s'impose. Les propriétaires de résidences pour aînés ont senti de ma part une voix discordante dans leur stratégie de développement du marché lucratif qu'ils ont investi. Ils ne sont pourtant pas visés; ils répondent à une demande des aînés et font croître leurs entreprises.

Je ne vise pas non plus les aînés qui ont, bien sûr, le droit d'utiliser leur patrimoine comme bon leur semble. Mais ce choix est-il vraiment libre? La liberté, c'est le pouvoir de choisir. Et c'est là que j'interpelle plutôt notre société. Quelle alternative leur offrons-nous? Des logements inadaptés à leurs besoins, des quartiers dévitalisés sans commerces de proximité, des transports en commun peu accessibles, un urbanisme du XXesiècle conçu pour et par les jeunes baby-boomers où la voiture est reine, des services de soutien à domicile qui s'étiolent de plus en plus, des proches aidants qui s'épuisent à la tâche. Les aînés n'ont pas vraiment le choix et le «paradis» qu'on leur propose est alléchant pourvu qu'ils en aient les moyens.

Mais ce paradis a un coût, financier bien sûr, mais surtout sociétal. L'autoségrégation des aînés et la fin de leur participation sociale devraient nous interpeller. Et si ce paradis était un mirage? Le réveil risque d'être brutal, pour les aînés et pour nous tous.

Certains ont trouvé infantilisants mes propos, mais en «libérant» les aînés des corvées domestiques, de l'entretien de la maison et de la préparation des repas, en les gavant d'activités de loisirs, en décidant ce qui est bien et bon pour eux, n'est-ce pas là un retour à l'enfance? Respecter les aînés, c'est plutôt leur permettre d'être engagés, actifs et responsables au sein de notre société.

Réjean Hébert, médecin gériatre et gérontologue, professeur à l'École de santé publique de l'Université de Montréal

***

Un arbre sacrifié

Je suis scandalisée d'apprendre que la Commission des champs de bataille nationaux accepte d'abattre un arbre sain qui a mis plus de 50 ans à croître pour favoriser une organisation mercantile avec son festival d'été qui dure 10 jours. Votre raison d'être ne serait-elle pas de protéger ce magnifique parc urbain légué par vos prédécesseurs?

Lucile LaRue, Québec

***

Un documentaire essentiel sur l'histoire des femmes

Alors que le mot «féminisme» était sur toutes les lèvres depuis la déclaration casse-gueule de la ministre Lise Thériault, quel bonheur ce fut, le mardi 8 mars au soir, de regarder le documentaire 75e, elles se souviennent de Flavie-Payette-Renouf, à Télé-Québec.

Fouillé, émouvant, donnant la parole aux têtes d'affiche de plusieurs générations, ce regard sur le parcours des Québécoises distille courage, fierté et espérance. Une immense reconnaissance monte au coeur pour le travail et l'engagement des pionnières et de toutes celles qui ont marché dans leurs pas. Merci de ce coup de projecteur de la petite-fille de Lise Payette, ainsi qu'au diffuseur pour lui avoir donné une place de choix dans ses cases horaires. 

Un documentaire qui devrait être diffusé dans le monde de l'enseignement, du secondaire à l'université. 

Julie Stanton, Québec 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer