Promenade Samuel-De Champlain: des chiffres incompréhensibles

Selon un sondage Léger commandé par la Commission de la capitale nationale du... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Selon un sondage Léger commandé par la Commission de la capitale nationale du Québec, la promenade Samuel-De Champlain aurait reçu trois millions de visites en 2015, et chaque visite aurait duré en moyenne 1 heure 50.

En schématisant pour fin de calcul et de façon généreuse que les visiteurs présents sur la promenade sont renouvelés en bloc à toutes les 1 heure 50 durant 12 heures de chacune des journées de l'année, cela implique que pour obtenir trois millions de visites, on devrait pouvoir à tout moment compter 1250 personnes sur la promenade, cela 12 heures par jour et 365 jours par année.

Or, vers les 11h du matin d'une journée ensoleillée du long week-end des Patriotes en mai 2014, j'ai pédalé à vive allure la totalité de la promenade que j'ai trouvée très achalandée; j'y ai compté 400 personnes (cyclistes, joggeurs, patineurs, marcheurs, pique-niqueurs, etc.).

En tenant compte du fait que la promenade est nettement moins fréquentée lorsqu'il pleut et durant les cinq mois froids de notre climat, il y a lieu de se questionner sur le réalisme du portrait obtenu par ce sondage.

Jean Lacoursière, Québec

***

Bravo pour le prix Ani-Bon

Je tiens à féliciter tous les bénévoles, dont mes soeurs Daphnée et Laurence, pour leur implication chez Chiots Nordiques. Ils organisent des séances de stérilisation afin de contrer la surpopulation canine dans les communautés autochtones. Le prix Ani-Bon de l'Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux vient tout juste de leur être décerné. En cette Semaine de la stérilisation animale, je vous dis bravo.

Maude Veilleux-Lemieux, Québec

Vous avez dit «guichet d'accès»?

Récemment, à la suite d'une chirurgie d'un jour ayant nécessité la pose d'une sonde urinaire, j'ai dû compter sur les bons services du Guichet d'accès aux services de santé pour en être libérée.

Au réveil le lendemain, vers 8h30, le message d'une infirmière du guichet m'attend sur mon portable. J'appelle illico, un enregistrement m'informe que l'infirmière en question est absente pour la fin de semaine; de ne pas laisser de message si urgence, d'en référer à la téléphoniste. Plutôt mal en point et un peu affolée, il me faudra composer le même numéro à cinq reprises - la téléphoniste est aux abonnés absents - pour réaliser que l'enregistrement concerne la fin de semaine précédente.

À bout de réflexion, je laisse pourtant un message, espérant un retour d'appel. Qui vient. Où l'on me questionne : avez-vous une canne, vous déplacez-vous en marchette? Non. Vous pouvez marcher, donc présentez-vous au CLSC. 

J'ai dû y attendre plus de deux heures pour me faire dire qu'une sonde ne devait pas demeurer en place plus de huit heures. Il m'en fallut 17 heures pour en être libérée. À l'hôpital, on m'avait pourtant assurée que l'infirmière viendrait à domicile. Je marchais comme une oie et avait de la difficulté à m'asseoir. Une bonne dizaine de minutes par grand froid m'était nécessaire pour arriver à bon port, mais qu'importe? 

Morale de cette histoire? Un, il n'y a pas de véritable accès, et deux il n'y a pas davantage d'humanité dans ce service. Quelqu'un a récemment qualifié notre service de santé de limousine, à la SRC. Je rêve ou quoi?

Thérèse Simard, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer