Gouvernement en perte de vitesse

Le plus récent sondage de la firme CROP effectué du 14 au 18 janvier vient... (123RF/Jordan McCullough)

Agrandir

123RF/Jordan McCullough

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le plus récent sondage de la firme CROP effectué du 14 au 18 janvier vient carrément contredire tous ces commentateurs et chroniqueurs qui ne cessent de répéter que le gouvernement Couillard conserve la confiance de l'électorat québécois en dépit de sa politique d'austérité budgétaire et de décisions souvent controversées.

Selon ce sondage, ce gouvernement qui avait été élu avec 42 % du vote populaire en avril 2014 ne récolte l'appui que de 35 % des électeurs 21 mois plus tard. Et cet appui n'atteint même pas 25 % chez les francophones. Des commentateurs et chroniqueurs moins complaisants devraient faire état d'un gouvernement en sérieuse perte de vitesse, abandonné par au moins 15 % de son électorat depuis son élection, plutôt que d'un gouvernement qui tient le coup malgré la tempête. Bref, beaucoup plus de rigueur dans l'analyse des résultats des sondages d'opinion de la part de nos soi-disant experts de la politique québécoise s'impose de toute évidence.

Cela étant dit, il est très étonnant que, à l'exception de Québec solidaire qui a doublé ses appuis depuis les élections de 2014, les autres partis de l'opposition soient incapables de profiter de la chute du vote libéral pour faire des gains dans l'électorat. Il faut bien constater, en effet, que le Parti québécois fait du surplace, tandis que la Coalition avenir Québec perd même du terrain. Il y a là, de toute évidence, matière à réflexion, en particulier pour le Parti québécois qui ne parvient pas à faire le procès du fédéralisme canadien malgré l'indifférence avec laquelle sont traités dans la capitale canadiennes des dossiers vitaux (transport du pétrole, Bombardier, déséquilibre fiscal, transferts fédéraux en santé, etc.) pour le Québec.

Louis Duclos, ex-député fédéral de Montmorency-Orléans, Sainte-Pétronille

***

Drôle de message d'Uber

Drôle de message que nous envoie le premier ministre Philippe Couillard quand il dit que le service Uber est trop gros pour être éliminé donc qu'il vaut mieux le légaliser.

Si on pousse sa logique un peu plus loin, voudra-t-il bientôt légaliser les drogues, puisque c'est un phénomène qui ne pourra jamais être éradiqué? Et pourquoi pas légaliser tous les crimes, puisque même s'ils sont illégaux, il s'en produit tous les jours.

Encore une fois, le Québec traînera l'image d'une province qui se couche à plat ventre. 

François Vézina, Québec

 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer