Plus que désolant

Le grabuge des monarques du royaume télévisuel québécois fait rage. (123RF/Jordan McCullough)

Agrandir

123RF/Jordan McCullough

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le grabuge des monarques du royaume télévisuel québécois fait rage.

Qu'est-ce que les deux guindés soi-disant en or font de plus et de mieux que BazzoTV, là où la qualité était de rigueur, là où l'actualité et la diversité des sujets et des questionnements ainsi que les témoignages des personnalités invitées alimentaient un intérêt soutenu qui transcendait les cotes d'écoute, dites de rentabilité qui riment avec consommation populiste?

Aurait-il fallu que BazzoTV ajoute un bar à cocktails, des shooters ou des recettes pompettes? Ne faut-il pas plutôt comprendre que BazzoTV décoiffait certains panaches influents qui préfèrent la bière et les piments forts de la bouffonnerie burlesque?

Gerry Pagé, Québec

***

Égouts: une occasion à saisir

Le maire Régis Labeaume proposait récemment un tuyau d'égout de 100 millions $, afin de récolter les eaux usées des municipalités de Lac-Delage et de Stoneham. Ne devrait-on pas profiter de cette occasion pour contrôler l'étalement urbain en chargeant des frais élevés pour tout nouveau développement dans ce secteur?

Si on ne procède pas de la sorte, la construction d'un égout servira de moteur au développement dans l'arrière-pays. En effet, les exigences de dimensions des terrains seront beaucoup moins contraignantes, il n'y aura plus nécessité de construire une fosse septique et un champ d'épuration et il ne sera plus nécessaire, non plus, de faire vider la fosse annuellement. Ces conditions, beaucoup plus favorables, rendront les développements plus attrayants.

Profitant de cette situation tout à fait particulière, ne devrait-on pas même penser fixer des quotas de développement dans cette région, afin de réduire les problèmes qui ne viennent pas seulement des matières fécales? En effet, tout nouveau développement amène du déboisement, la construction de routes, la circulation de véhicules, l'artificialisation des surfaces et toutes sortes d'autres pollutions, sans compter l'accroissement de l'émission de gaz à effet de serre provoqué par la dispersion urbaine.

Pascal Grenier, ingénieur forestier et biologiste, Québec

***

Achetons local

En chacun de nous se trouve un consommateur qui, prudemment, doit faire des choix face à des concepts variés et du marketing agressif. Les niveaux de qualité, le prix et la provenance du produit influenceront le consommateur. Dans un autre angle, l'acheteur sérieux possède une conscience qui s'intéresse au côté politique, acheter local et encourager les bannières d'ici : d'autres s'en foutent éperdument!

Acheter local, c'est contribuer à la prospérité, endiguer l'écoulement de fonds vers l'étranger, créer des emplois, une volonté d'accroître les revenus des travailleurs, participer à la rétention des jeunes et de la main-d'oeuvre qualifiée et le maintien des infrastructures. N'oublions jamais qu'acheter, c'est voter. Achetez-vous avec vos yeux, vos impulsions, votre logique ou votre portefeuille? Le Québécois possède la responsabilité de son impact socioéconomique, achetons local.

Michel Beaumont, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer