Énergie Est, indéfendable

La réaction de l'équipe éditoriale du Globe and Mail de Toronto... (123RF/Jordan McCullough)

Agrandir

123RF/Jordan McCullough

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La réaction de l'équipe éditoriale du Globe and Mail de Toronto condamnant la position des maires de la CMM contre le projet Énergie Est me rend perplexe.

Cette équipe s'est-elle prononcée de la même manière lorsque des autochtones et des politiciens de la Colombie-Britannique se sont opposés au projet d'oléoduc du Northern Gateway? A-t-elle qualifié leur position de «petit provincialisme»? A-t-elle eu la même réaction lorsque le gouvernement des États-Unis s'est opposé au projet d'oléoduc Keystone XL?

Logiquement, pour livrer le pétrole des sables bitumineux de l'Alberta aux principaux marchés, le plus court chemin est de le sortir par un port de la côte du Pacifique pour le marché des pays émergents de l'Asie et par un pipeline vers le sud pour le marché étatsunien.

Livrer ce pétrole vers l'est par un pipeline de 4600 kilomètres traversant cinq provinces et de nombreux cours d'eau me semble aberrant. Ne serait-ce pas plutôt le plan C des pétrolières albertaines dans lequel les citoyens de l'est du Canada seraient les dindons de la farce? Nos groupes autochtones, écologistes, citoyens et politiciens ont-ils moins de poids que ceux de l'Ouest pour stopper cet injustifiable projet?

Benoît Bouffard, Lévis

***

Péréquation et oléoduc

Monsieur Leitão, vous faites dire aux chiffres ce que vous voulez. Selon vous, il est faux d'affirmer que c'est avec la péréquation que le Québec finance des services publics généreux.

Pourtant, si vous n'aviez pas 9,5 milliards $ de péréquation, vous seriez obligé de couper dans les services.

En passant, l'oléoduc Énergie Est aura un impact majeur sur les revenus de péréquation. C'est donc logique de le refuser puisque la péréquation semble inutile pour le Québec qui préfère soutenir les pays étrangers. Par contre, si l'oléoduc finissait par être accepté, j'aime beaucoup l'idée de percevoir une redevance pour diminuer la dépendance à la péréquation.

Jean Pageau, Québec

***

«J'ai fait ça correctement!»

Franchement déplacé et mesquin, ce commentaire du maire de Québec, qui rigole de la séparation du couple PKP-Snyder.

Il faut vraiment viser en bas de la ceinture et se prendre pour un autre pour ainsi rire d'un drame humain aussi sérieux.

Daniel McGown, Shefford

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer