Non à Énergie Est

C'est la même compagnie qui veut traverser le Québec avec son pétrole... (123RF/Jordan McCullough)

Agrandir

123RF/Jordan McCullough

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est la même compagnie qui veut traverser le Québec avec son pétrole bitumineux et qui ose poursuivre Obama et le gouvernement des É.-U. Imaginez la pression qu'elle exerce sur les partis libéraux, sur Trudeau, sur Couillard, sur Arcand, leur ministre des affaires pétrolières.

Il va nous falloir bien de la solidarité pour les arrêter. La réélection est notre grande arme collective. La population est forte, car ils n'osent pas encore dire oui publiquement à Énergie Est.

Rémi Bourgoin, Saint-Antoine-de-Tilly

***

Des restaurants «suspects»?

On accuse souvent les taxes municipales pour les problèmes financiers des restaurants haut de gamme de Québec mais comment se fait-il que ce soient les plus «chics» qui écopent?

La chose me paraît évidente : il s'agit du ressac causé par la commission Charbonneau. Les repas d'affaires sont devenus suspects et les entreprises y pensent à deux fois avant d'emmener leurs clients gouvernementaux au restaurant. Chez les hauts fonctionnaires également, on doit de plus en plus «apporter son lunch» au lieu de choisir le «chanceux» parmi les fournisseurs qui aura l'occasion de les inviter et payer le repas bien arrosé.

Est-ce que ça reviendra comme avant? Pas avant un bout de temps, c'est certain, mais les affaires doivent se poursuivre, reste juste aux entreprises et aux fonctionnaires à s'adapter au changement. Pour l'instant, c'est le régime sec!

André Verville, Lévis

***

Un patron et un compagnon

Adieu, M. L'Allier, vous allez me manquer énormément. Quand viendront nos anniversaires, je vais penser à ceux que nous avons eus ensemble, à nos lunchs où nous parlions de nos enfants et de différentes choses de la vie. Toujours farceur quand vous me disiez : «Tu verras, Jacques, quand tu auras mon âge», nous avions un an de différence...

C'était si bon de vous écouter parler de vos projets, et ce qui vous concernait, c'était l'amour de votre ville. Vous aimiez Québec. Souvent, je vous disais vous aviez été un bon patron, et vous de répondre : «Tu as été un ami pour moi.» Je voudrais vous remercier pour ce que nous avons vécu, vous comme ministre et puis comme maire, et moi comme votre garde du corps depuis 20 ans.

Au revoir, patron!!!

J'en profite pour offrir mes condoléances à son épouse Johanne et à ses fils, Benoit L'Allier, Jean-Christophe L'Allier, Simon et Marc-Antoine L'Allier, que j'ai si bien connus. Je vous aimais comme j'aimais votre père. Toutes mes pensées vous accompagnent.

Jacques Gaboury, L'Ancienne-Lorette

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer