De l'autre côté de la médaille

Certaines voix discordantes se sont fait entendre après la présentation d'un... (123RF/Jordan McCullough)

Agrandir

123RF/Jordan McCullough

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Certaines voix discordantes se sont fait entendre après la présentation d'un extrait du discours de Jacques Parizeau, advenant la victoire du Oui au référendum de 1995, lors de la revue de l'année d'Infoman. Une frilosité que j'ai peine à m'expliquer d'autant plus que la bande vidéo a été remise à l'animateur par Lisette Lapointe, femme de Jacques Parizeau.

Étant donné que «Monsieur» est décédé en 2015, il m'apparaît tout à fait pertinent de présenter cet extrait, comme la face cachée de notre histoire. En l'écoutant, je n'ai pu m'empêcher de réaliser toute la détermination de Jacques Parizeau et la conviction qu'il éprouvait devant l'accession du Québec à son indépendance.

Ce témoignage émouvant ne peut que fouetter l'ardeur de ceux et celles qui ont pris la relève aujourd'hui, et qui auraient nettement avantage à s'en inspirer pour relancer la ferveur indépendantiste des Québécois.

Henri Marineau, Québec

***

Ce toit me donne des frissons

Quelle ne fut pas ma surprise de lire dans Le Soleil que M. Labeaume espérait toujours un anneau de glace couvert pour la belle ville de Québec.

Je fréquente l'anneau Gaétan-Boucher depuis plusieurs années à raison de deux à trois visites par semaine. L'accès y est facile et le stationnement, gratuit.

J'y rencontre des adeptes du sport de glisse, ravis de le pratiquer dehors, bien emmitouflés dans leur manteau. J'y croise de petites et grandes familles qui pratiquent ensemble, toutes générations confondues, une activité au grand air.

Beau temps, mauvais temps, nous sommes des dizaines et parfois des centaines, de novembre jusqu'à la mi-mars. Nous gonflons nos poumons d'air frais, accélérons notre rythme cardiaque et portons fièrement la petite joue rose.

Serait-il envisageable de couvrir tous les espaces verts et parcs de la ville d'un toit? Alors pourquoi faut-il à tout prix que notre bel anneau se retrouve coiffé alors qu'il est si agréable de patiner dehors? La ville compte de nombreux centres sportifs avec patinoires intérieures où le ciel se cache sous plusieurs tuyaux de ventilation. Jamais, pourtant, ils ne remplaceront le plaisir de patiner dehors.

J'ose le dire bien fort : «Je ne veux pas de toit sur l'anneau de glace Gaétan-Boucher! Ça me donne des frissons.»

Suzanne Dumas, Saint-Augustin-de-Desmaures

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer