Hausse de l'essence, surpris?

Nous la redoutions, certains pensaient l'éviter, mais les pétrolières ne nous... (123RF/Jordan McCullough)

Agrandir

123RF/Jordan McCullough

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Nous la redoutions, certains pensaient l'éviter, mais les pétrolières ne nous oublient pas du tout. Elles ont même fait un «X» sur leur calendrier depuis déjà plusieurs mois; nous préférerions qu'elles nous négligent! La hausse du prix du litre d'essence à la pompe est maintenant passée de souhait à réalité.

Que l'on ne vienne pas nous démontrer, cela à l'aide d'analyses financières savantes sur les spéculations du marché ou de la bourse, que cette hausse était inévitable pour le WTI (West Texas Intermediate) coté à la Bourse de New York ou le Brent (Broom, Rannoch, Etive, Ness et Tarbert) coté à Londres.

La vraie raison : une abondance de déplacement de véhicules sur la route. Ne cherchez pas plus loin, l'occasion est trop belle, sans quoi le vernaculaire des pétrolières aurait un arôme dérangeant sans véracité!

Michel Beaumont, Québec

***

Chapeau à vous, Monsieur Moore!

Encore enfant, les matchs télévisés du Canadien de Montréal les samedis soir étaient devenus un lieu de rencontre sacrée dans notre famille. Bien sûr, les frères Richard et Jean Béliveau étaient sans contredit les points de mire sur la patinoire. 

Toutefois, un joueur se démarquait souvent dans des situations serrées en vue de l'obtention de la rondelle dans les coins de patinoire, à savoir Dickie Moore dont l'acharnement avait souvent raison de ses adversaires, ce qui permettait à un de ses deux coéquipiers, Maurice ou Henri Richard, de s'emparer de la rondelle et d'enfiler un but. 

À ce moment-là, pour moi qui étais un fan inconditionnel des frères Richard, je ne percevais pas les efforts qu'avait dû déployer Dickie Moore pour envoyer la rondelle sur la palette des Richard, ébloui que j'étais par la lumière qui s'allumait derrière le filet du gardien.

Ce n'est qu'un peu plus tard que j'ai pu constater le talent de Dickie Moore à déjouer habilement ses adversaires, un talent qui ne s'est jamais démenti durant une carrière de 14 saisons dans la LNH au cours de laquelle il a accumulé 594 points, dont 254 buts, en 654 affrontements... Chapeau à vous, Monsieur Moore, pour votre acharnement et votre désir de vaincre qui ont contribué largement aux succès du Canadien de la fin des années 50.

Henri Marineau, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer