Un sac d'épicerie végétal

Grand nombre de municipalités vont interdire le sac d'épicerie en plastique. (123RF/Jordan McCullough)

Agrandir

123RF/Jordan McCullough

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Grand nombre de municipalités vont interdire le sac d'épicerie en plastique.

Pourquoi diable n'adoptent-elles pas le sac en chardon de Sardaigne utilisé par la municipalité de Milan! Un sac végétal qui aboutit non pas dans les bacs de recyclage mais de compostage produit avec l'huile des graines de chardon, plante mal-aimée qui pousse dans des champs sans besoin d'entretien.

Il est fabriqué sans aucun produit toxique dans une ancienne raffinerie de pétrole.

Pascal Barrette, Ottawa

***

Un modèle québécois démoli

À l'occasion de sa mise à jour économique, le ministre des Finances a déclaré : «Nous pensons n'avoir détruit aucun modèle québécois.»

Cela est inexact!

Dans le domaine de la santé et sécurité au travail, le Québec a développé un modèle particulier basé sur le paritarisme. En effet, employeurs et syndicats font partie intégrante de la Commission de la santé et sécurité au travail (CSST), ils en sont les administrateurs. Cette présence se transpose au niveau de la Commission des lésions professionnelles (CLP), tribunal d'appel qui entend les contestations des décisions de la CSST. Depuis plus de 20 ans, le modèle québécois prévoit qu'un membre issu des associations des employeurs et un membre issu des associations syndicales siègent lors des audiences et donnent leurs avis au juge administratif. Ces avis apparaissent dans la décision du juge.

Le ministre du Travail a décidé, pour des raisons économiques, de mettre fin à ce modèle pour faire place à un tribunal composé d'un décideur unique, et ce, à compter de janvier 2016.

L'ensemble du système québécois de santé et sécurité est financé par les employeurs et dans une très large part par l'entreprise privée. Ce modèle fonctionne bien et jouit d'une grande notoriété. Le coût du régime est de plus de 2,5 milliards $. En 2013, la CLP a rendu 9142 décisions impliquant 187 millions $. Pour financer la présence au Tribunal des membres issus, les employeurs versent annuellement 1,50 $ par employé. Un coût minime pour de grands avantages.

À moins qu'il ne révise sa position, et qu'il maintienne le modèle d'un tribunal à trois membres, le gouvernement sera forcé d'admettre, dès janvier 2016, qu'il a détruit un des modèles québécois.

Jean-Pierre Tessier, spécialiste en relations de travail et membre de la Commission des lésions professionnelles (CLP), Ottawa

***

Enfin un pont neuf!

L'annonce par Robert Poëti, ministre des Transports, que l'île d'Orléans sera équipée d'un nouveau pont, je l'espère à deux voies dans chaque direction, est applaudie dans la région de Québec, de surcroît par les insulaires. Pour des raisons esthétiques et financières, le style du pont à haubans a été retenu.

Les coûts, peu détaillés, ne devraient pas valoir un pont d'or, sans quoi nous brûlerons les ponts de confiance. Il passera beaucoup d'eau sous les ponts d'ici 2024. Enfin un pont neuf, mes fraises et mes pommes arriveront plus fraîches chez moi!

Michel Beaumont, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer