Un moratoire et bien plus

La Communauté métropolitaine de Québec est sur le point d'établir un moratoire... (123RF/Jordan McCullough)

Agrandir

123RF/Jordan McCullough

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Communauté métropolitaine de Québec est sur le point d'établir un moratoire de 90 jours sur toute construction résidentielle dans le bassin versant au nord du lac Saint-Charles.

La protection de la principale prise d'eau de Québec est la raison évoquée par le maire Régis Labeaume. Quiconque a assisté à la lente agonie du lac Saint-Charles depuis plus de 30 ans n'est pas surpris de cette décision.

Comme résident de Québec, j'applaudis à ce moratoire, car boire de l'eau provenant des usines d'épuration des eaux surchargées de Stoneham et de Lac-Delage et des fuites d'un grand nombre de fosses septiques non conformes ne me réjouit pas du tout.

Une autre bonne raison pour justifier la limitation du développement au nord de Québec a trait aux conséquences environnementales de l'étalement urbain. En effet, chaque fois qu'une nouvelle maison se construit dans l'arrière-pays, c'est une ou deux voitures qui s'ajoutent sur les routes menant vers Québec, et ce, matin et soir. Ce phénomène est très structurant, car une fois la maison construite, c'est pour une centaine d'années que se feront sentir les conséquences.

À l'heure où tous se sentent concernés par les gaz à effet de serre et les changements climatiques, il faut agir énergiquement et ce n'est pas seulement un moratoire qui s'impose, mais une cessation du développement dans ces zones éloignées.

Pascal Grenier, Québec

***

Lien ferroviaire Lévis-Québec

Au moment où la planète entière remet en question les modes de déplacement les plus polluants, se pourrait-il que la région de Québec se limite à élargir ses autoroutes pour augmenter le débit routier toujours plus polluant?

N'y aurait-il pas lieu de penser différemment en optant pour de nouveaux modes de circulation pour réduire les bouchons entre la rive nord et la rive sud?

Le train pourrait faire partie de la solution. Nous avons une navette ferroviaire dans Charlevoix qui pourrait être mise à l'essai entre Lévis et les gares de Sainte-Foy et de Québec.

Une étude de faisabilité s'impose, car la région de Québec est rendue à un point où toutes les solutions doivent être envisagées.

Au lieu d'étudier l'option d'un tunnel sous-fluvial qui ne se réalisera jamais, allons vers des solutions plus applicables.

Pierre Samson, Sainte-Famille, île d'Orléans

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer