Le fiel de Philippe Couillard

Après le refus de l'opposition officielle et de la deuxième opposition de voter... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après le refus de l'opposition officielle et de la deuxième opposition de voter une motion en l'honneur de la victoire électorale de M. Bourassa en 1985, Philippe Couillard, comme ça devient de plus en plus son habitude, a injurié le Parti québécois (PQ), déclarant : «J'ai trouvé dégoûtante la réaction de l'opposition officielle, le PQ et accusé ce parti de s'employer à détruire ce qui peut unir les Québécois.»

Or, il faut se rappeler que lorsque les autorités de la Ville de Montréal ont voulu rebaptiser l'avenue du Parc en celle de Robert-Bourassa, il y a eu une levée de boucliers contre ce projet, notamment de la part de commerçants, dont un certain nombre des communautés culturelles.

On peut bien comprendre que la fille de M. Bourassa qui n'a pas aimé le sort réservé par l'opposition à la motion libérale ait fait de Pierre Karl Péladeau le bouc émissaire de sa frustration ressentie jadis, mais que Philippe Couillard utilise un tel langage démontre que le grand Parti libéral que l'on a connu sous Jean Lesage, par exemple, n'existe tout simplement plus.

Normand Bourdon

Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer