Nos frères et nos soeurs

Nous semblons surpris, pétrifiés par les attentats horribles de Paris. Comment... (123RF/Jordan McCullough)

Agrandir

123RF/Jordan McCullough

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Nous semblons surpris, pétrifiés par les attentats horribles de Paris. Comment a-t-on pu en arriver à cet enfer? Comment de jeunes hommes ou femmes en arrivent à poser ces gestes insensés. Je suis incapable d'en analyser les causes sociologiques et politiques.

Serait-ce que ces jeunes, devant le vide ou le néant de leur présent et de leur avenir en ce bas monde, se noient dans la révolte la plus totale, la plus aveugle? Ce ne sont ni des barbares ni des illuminés; ce sont plutôt des jeunes vivant dans un cul-de-sac à tous les niveaux. Toutes les portes leur sont fermées.

Que leur reste-t-il? Le désespoir. Pourtant, ils sont venus au monde doués d'intelligence, de bon sens. Vraiment, il y a quelque chose de détraqué dans ce monde kafkaïen dans lequel nous sommes en train de tuer la jeunesse de certains pays. Bref, on peut bien les qualifier de révoltés, de terroristes, de tueurs aveugles, mais ils sont les frères et les soeurs de nos propres enfants qui, eux, vivent la liberté, la fraternité, le bien-être économique. Non, je ne comprends pas.

Lévis Bouchard, Québec

***

Hommage aux religieuses!

En jetant un coup d'oeil aux avis de décès, on constate régulièrement que, malheureusement, plusieurs membres des congrégations religieuses nous quittent, laissant derrière elles de nombreuses années de service à leur communauté.

Elles ont souvent oeuvré auprès des grands malades et des plus démunis de notre société et plusieurs d'entre elles ont aussi été très actives dans les pays les plus pauvres et parfois dangereux du globe. Hommage à vous, Mesdames, et bon repos!

Gaétan Fortin-Plante, Lévis

***

La juge ou le commissaire?

Si une preuve n'est pas satisfaisante pour conclure, une preuve insatisfaisante ne signifie pas pour autant l'innocence. Cela peut tout simplement signifier qu'on n'a pas pu coincer légalement un suspect. Ça laisse place à tout un pan d'activités pour lesquelles, si on n'est pas coupables officiellement, on n'est pas non plus innocentés. Le doute peut subsister... 

À choisir entre les deux, je considère que la position de la juge Charbonneau est plus englobante, pénétrante et éclairée que celle du commissaire Lachance.

Gisèle Filion, Montréal

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer