Les religions prônent la paix

Je pratique le bouddhisme depuis quelques années. Je ne le crie pas sur tous... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Je pratique le bouddhisme depuis quelques années. Je ne le crie pas sur tous les toits, la religion étant souvent mal perçue dans notre société.

Pour une raison ou une autre, j'ai constaté plus d'indulgence vis-à-vis du bouddhisme, souvent considéré comme une philosophie, et par là peut-être moins menaçant.

Il y a quelque temps, une amie me faisait part de sa déception par rapport au bouddhisme. Elle avait appris qu'en Birmanie, des bouddhistes persécutaient des musulmans. Elle qui croyait que le bouddhisme était une religion de paix!

Je n'ai pas dépensé ma salive à lui expliquer que c'est bel et bien une religion de paix, et que ceux qui font la guerre en son nom n'ont de bouddhistes que l'étiquette. Et je me suis mise à penser aux musulmans, malmenés dans l'opinion publique, associés à des actes de violence commis par des individus dont la philosophie n'a rien à voir avec les enseignements de Mahomet.

Devant mon écran, je suis horrifiée par les attentats qui ont eu lieu à Paris. Et je souhaite qu'on n'associe pas ce qui s'est passé à une religion. Ça n'a aucun rapport. Vendredi soir, des humains qui détestent l'humanité ont attaqué Paris. Bouddhistes, musulmans, chrétiens, athées, humains pleurent le sort des victimes.

Anne-Marie Labrecque, Québec

***

À mes amis français!

Une pensée chaleureuse ici pour mes amis français, mes cousins et mes cousines. Une pensée empreinte de compassion et de solidarité devant la terreur à laquelle vous êtes confrontés à Paris, touchée par des actes terroristes encore une fois.

À peine remis de la tragédie du Charlie Hebdo, vous devez encore constater la perte d'êtres chers à la suite de ces attentats. Des êtres innocents, emportés par une folie meurtrière sans nom.

Mes amis français, mes amies françaises, je vous aime et je suis de tout coeur avec vous dans cette épreuve.

Sincèrement vôtre,

Yvan Giguère, un Québécois, Saguenay

***

Les morts inutiles

Chaque fois que j'allume la radio ou la télévision, que mon regard se pose sur un journal, que j'atterris sur un site journalistique, c'est Paris. La couverture de l'événement est aussi démesurée que cet événement. Mais la couverture des attentats de Beyrouth, elle? Où sont les témoignages émouvants des compatriotes, des expatriés, des survivants, où sont les analyses des spécialistes et les lieux de recueillement? J'appelle les journalistes, et particulièrement les chefs de pupitre et de rédaction, à un examen de conscience. Je les invite à reconnaître que l'objectivité journalistique est un mirage, qu'elle a été jetée aux orties, que les morts n'ont pas la même valeur. J'aimerais qu'il en soit autrement, qu'on puisse dire que les morts ne sont pas inutiles. Le fait que tout confirme le contraire ajoute à la peine que je ressens de la tragédie parisienne. La mort n'a pas d'origine géographique et son visage est sans couleur.

Gabriel Laverdière, Québec​

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer