Bédard part, le PQ perd

Stéphane Bédard quitte l'Assemblée nationale. Le député du... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Stéphane Bédard quitte l'Assemblée nationale. Le député du Parti québécois invoque des raisons personnelles et familiales pour tirer sa révérence et nie que la diminution de ses responsabilités parlementaires ait contribué à sa décision. C'est depuis son siège à l'Assemblée nationale que l'élu représentant Chicoutimi a fait son annonce, le 22 octobre.

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le PQ est perdant en laissant partir Stéphane Bédard au profit de Bernard Drainville et c'est là une raison de douter de l'intelligence «politique» du chef PKP.

Peu de parlementaires méritent l'admiration et la reconnaissance, mais Stéphane Bédard, pour son authenticité, sa détermination, sa combativité, son engagement constant a su mériter le respect de ses collègues et de ses adversaires aussi.

Mais il semble que le chef n'ait pas compris; c'est comme si une équipe sportive forçait son meilleur attaquant à démissionner. Où est le coupable?

Le PQ vient de perdre une partie de son âme au profit d'une improvisation ou combine qui lui sera nuisible. Un capitaine doit reconnaître les forces de ses équipiers et composer avec celles-ci pour augmenter les chances de succès.

Espérons que Drainville apprenne l'humilité et le sens de l'écoute qui lui manquaient; s'il avait su accepter certains compromis suggérés, la Charte des droits et libertés aurait été acceptée par la population et le PQ serait demeuré au pouvoir.

En politique, il faut une certaine souplesse et beaucoup de jugement. Bref, Bédard avait le coeur d'un grand souverainiste comme son père. Peut-on risquer d'ignorer ce fait et d'écarter les meilleurs au détriment de la santé du parti?

Est-ce qu'Alexandre Cloutier sera le prochain à quitter le navire? Souhaitons que Stéphane Bédard puisse guérir ses plaies et garder la foi souverainiste; le Québec aura toujours besoin de vaillants parlementaires pour poursuivre sa croissance.

Mon propos est celui d'un souverainiste déçu qui pense que ce n'est pas le temps de démotiver les troupes en bousculant les meilleurs au point de les démotiver.

André Drapeau

Saint-Roch-des-Aulnaies

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer