Sage Boucar

Dans une entrevue avec Anne-Marie Dussault la semaine dernière, l'humoriste,... (123RF/Jordan McCullough)

Agrandir

123RF/Jordan McCullough

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans une entrevue avec Anne-Marie Dussault la semaine dernière, l'humoriste, animateur et scientifique sénégalais Boucar Diouf disait que d'accueillir des immigrants consistait aussi à mesurer notre propre seuil de tolérance face à l'immigration, et il a raison.

Boucar disait aussi que lorsqu'on ouvre sa porte à quelqu'un, on lui donne accès à la maison. Conséquemment, on a aussi le droit de demander à cette personne d'enlever ses chaussures et de ne pas fumer. Voilà une intervention d'une grande sagesse, qui a d'autant plus de valeur qu'elle est portée par quelqu'un qui constitue un extraordinaire modèle d'intégration. Je ne connais personne qui soit contre l'immigration. En soi, c'est une valeur ajoutée. Cela dit, on a le droit de demander le respect, un tant soit peu, de nos valeurs, fût-il le temps d'un serment.

Richard Marcoux, Québec

***

Une force dormante

De tous les temps, les personnes à la retraite représentent une quantité négligeable pour les gouvernements, qui les tiennent pour acquis. Bientôt, nous serons pratiquement majoritaires. Par contre, notre situation ne cesse de se détériorer, et nous nous appauvrissons. Les conservateurs ont grandement contribué à cet appauvrissement. Bien que la majorité des provinces canadiennes en aient fait la demande, le gouvernement Harper a refusé unilatéralement d'améliorer le régime de pension de la vieillesse. Malgré que plusieurs organismes tentent de regrouper les personnes à la retraite, aucune ne représente l'ensemble de ces personnes. Il faut donc que tous les retraités aillent voter pour nous débarrasser des conservateurs de Harper. Montrons que nous sommes éveillés. Dehors Harper et sa bande.

Yves Raymond, retraité, L'Assomption

***

«Profondément ridicule»

En réaction au texte «Vote à visage couvert : des "cas isolés"» du journaliste David Rémillard, publié le 11 octobre 

Le professeur en science politique de l'Université Laval Louis Massicotte qualifie le comportement des électeurs à visage couvert de moyen de protestation «profondément ridicule». Et j'abonde dans ce sens. Ce n'est pas encore l'Halloween, il me semble! La loi fédérale le permet, à condition de s'identifier, comme tout le monde. Il est où le problème? Quand la loi électorale fédérale sera modifiée, comme ce le fut le cas au Québec, là il faudra s'y soumettre. On peut très bien ne pas aimer cette façon de faire, ne pas aimer du tout même, mais la reproduire est tout à fait enfantin et ridicule en effet.

Marielle Paci, Lévis

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer