Paradoxe conservateur

L'entrepreneur Jean-Pierre Asselin (à droite) a remporté l'investiture... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

L'entrepreneur Jean-Pierre Asselin (à droite) a remporté l'investiture du Parti conservateur du Canada dans Louis-Hébert. Il reçoit les félicitations de l'un de ses adversaires, Donald «Archy» Beaudry, un animateur et producteur événementiel.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carrefour des lecteurs
Le Soleil

(En réaction au texte «Démagogie inacceptable de la FTQ» de Jean-Pierre Asselin et Pierre-Thomas Asselin publié en ligne le 15 septembre) Après avoir lu votre texte disant que la FTQ n'a pas à s'impliquer dans la campagne électorale et décrivant vos grandes valeurs d'équité, d'égalité, de justice et de transparence, il m'a fallu doublement vérifier de quel parti vous étiez. Conservateur, vraiment?

Dois-je comprendre alors que par «équité», vous ayez omis de penser à ceux et celles coupés par votre saccage dans l'assurance-chômage? Probablement que par égalité, vous avez oublié les subventions et les congés d'impôts aux compagnies plus que riches? Omission également de vérifier que votre fractionnement du revenu aide seulement 15 % des familles, et les mieux nanties. 

En matière de justice, même l'ONU se questionne et se positionne contre la loi C-51. Cela démontre bien votre grand sens du concept. Je pense pertinemment qu'accuser les syndicats de manquer de transparence, c'est oublier de vous regarder le nombril. Depuis quatre ans, votre premier ministre donne des entrevues au compte-gouttes et choisit les questions des journalistes avant qu'elles soient posées. Sauf dans les cas de remise de bonbon électoral, comme votre fabuleuse PUGE, distribuée stratégiquement et rétroactivement. De gros chèques annoncés, sans informer des tenants et aboutissants des réelles remises. Transparence. Au fait, comment va Monsieur Duffy?

Le mouvement ouvrier et syndical a toujours su se lever quand le temps fut venu. Devant les attaques directes et soutenues des conservateurs, à quoi vous attendiez-vous? Les centrales syndicales inscrites comme tiers partis ont droit à des dépenses électorales, et ce de manière tout à fait légale et reconnue. Si les cotisations servent à défendre les travailleurs, notre ennemi principal est donc un gouvernement qui se sert de la législation pour détruire les gains que nous avons obtenus par la force du nombre, par le mouvement travailleur.

Les membres du mouvement ouvrier ne sont pas dupes. Nos valeurs, nous les défendons. Contrairement à vous, les valeurs pécuniaires ne passeront jamais avant les valeurs humaines. 

Dominik Prud'homme

Montréal

Partager

À lire aussi

  • Démagogie inacceptable de la FTQ

    Points de vue

    Démagogie inacceptable de la FTQ

    Nous avons appris, cette semaine, que la Fédération des Travailleurs du Québec (FTQ) a décidé d'intervenir dans la présente campagne électorale. Ils... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer