Carrefour des lecteurs

Le cheval de la péréquation, sinon ...

Selon l'auteur, la péréquation d'Ottawa a un coût... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Selon l'auteur, la péréquation d'Ottawa a un coût pour Québec, notamment celui de perdre toute envie d'autonomie.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

(Québec) Ottawa «donne» au Québec en péréquation près de dix milliards de dollars. Tous devraient s'en réjouir. La générosité canadienne est sans fond, nonobstant pour construire des ponts.

Bien sûr, cet immense présent a un coût, notamment celui de perdre toute envie d'autonomie. Le Québec verse au trésor fédéral près de soixante milliards. Tout compte fait, les Québécois sont-ils vraiment gagnants? Le mutisme souverainiste sur cet enjeu stratégique est troublant et laisse croire qu'Ottawa dit toute la vérité, notamment lorsqu'il soutient que le Québec reçoit, en argent frais, environ vingt milliards. La réaction de camp indépendantiste se fait toujours attendre, hormis celle d'un Bernard Landry qui, dans de rares sursauts d'indignation, a parlé de supercherie, mais sans chiffres à l'appui.

Le silence du PQ et des alliés, depuis des lustres d'ailleurs, permet à l'autre camp de pavoiser et de s'en donner à coeur joie sur les bénéfices de notre attachement au Canada. Seuls sur la glace, les premiers ministres Harper et Couillard peuvent en mettre plein la vue à une population qui préfère croire en notre misère et en la nécessité de tels transferts. Notre niveau de vie ne se maintiendrait qu'à ce prix! Le PQ, qui se lancera bientôt en guerre, devra, sur les mystères de la péréquation faire la lumière et sonner la charge contre une propagande, qui laisse entendre que les Québécois sont les parias de la fédération canadienne. Il est urgent de sortir de la noirceur et de la torpeur ceux qui croient dur comme fer que le Québec est petit et misérable et qu'il vit aux crochets de la société «canadian». 

Si rien n'est fait sur ce sujet, tout discours sonnera creux et tout effort pour réveiller les consciences restera vain. Le défi qui attend les chevaliers de l'indépendance est de taille; le terrain est miné et l'adversaire partout se cache, autant chez le patronat que dans les médias. C'est pourtant ce cheval de bataille que les forces souverainistes doivent d'abord enfourcher si elles veulent se donner une seule chance de gagner! Sinon les esprits resteront fermés, les vertus du pouvoir une fois encore ignorées!

Jacques Lamarche, Sainte-Geneviève-de-Batiscan

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer