L'escalade militaire

Le premier ministre du Canada Stephen Harper... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le premier ministre du Canada Stephen Harper

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

Quel journaliste courageux aura l'audace de demander des comptes à Steven Blaney dans sa circonscription pour la collaboration de l'armée canadienne avec les nazis de Secteur Droit infiltrés dans l'armée d'Ukraine? En effet, Harper lui-même se fait photographier fièrement avec un dirigeant ukrainien associé aux mouvements d'extrême droite de ce pays.

En présentant Poutine comme le démon à abattre, on essaie de justifier l'assistance militaire des troupes canadiennes à l'Ukraine. Cette attitude belliciste caractérise, mieux que n'importe quoi d'autre, la façon dont Harper entend régler les conflits dans une escalade militariste qui s'avère être un des pires gâchis de ce début du XXIe siècle. Le terrorisme, alimenté par la pauvreté, se répand comme une plaie de l'humanité. Et l'escalade continue.

Tout se décidera dorénavant par les forces armées incluses désormais dans la stratégie «diplomatique» du Canada. Même l'ONU est écartée des possibles solutions pacifiques pour venir à bout des crises qui n'en finissent plus de se multiplier. Et surtout dans les pays les plus pauvres du Tiers-Monde. Pourtant, on demande à cette institution internationale de s'occuper des millions de déplacés que provoquent ces opérations militaires, sans lui en fournir les moyens.

Les armes parlent sans cesse et les crises apparues enfoncent un monde toujours plus dangereux au point où on peut se demander s'il y aura un jour une alternative à cette violence institutionnalisée. C'est un cercle vicieux dont on ne s'échappe  plus. Qui finira par «vaincre» sur des territoires dévastés?

Harper ne doit plus décider pour nous: il se présente comme un des «leaders» antiterroristes  expérimentés du monde. Mais dans son univers complètement déboussolé, il participe à attiser une «haine de l'Occident» de la part de plus en plus de peuples. Ce ne saurait être à notre avantage à moins que l'on en tire des profits comme marchands de canons encouragés par cette politique de confrontation sanglante d'un futur Canada sous Harper.

Guy Roy, Lévis

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer