Un moment de réflexion s'impose

Deux fêtes nationales qui se suivent, dans le... (PHOTO : DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Deux fêtes nationales qui se suivent, dans le même pays, et qui pour beaucoup s'opposent : ce doit être un phénomène assez rare, note l'auteur.

PHOTO : DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

Nous voici entre les deux fêtes, entre le Québec et le Canada. Deux fêtes nationales qui se suivent, dans le même pays, et qui pour beaucoup s'opposent : ce doit être un phénomène assez rare. Bon moment, en tout cas, pour réfléchir à propos de ses allégeances.

Ces temps-ci, les souverainistes, dont je suis, reçoivent maints appels du pied pour marcher sur leur conviction la plus profonde et se rallier au NPD à l'élection d'octobre. C'est qu'il y a un monstre à abattre. Il faudrait mettre fin au régime Harper pour mille raisons, voire pour «sauver des vies», comme l'a dit un imbécile quelconque. Et c'est vrai que pour beaucoup, dont moi, Harper est détestable et qu'on peut ressentir une certaine urgence à l'évincer. Soit.

Mais pourquoi cette urgence devrait-elle être ressentie plus intensément par les souverainistes que par les autres Canadiens? Il y a deux grands partis fédéraux qui s'opposent à Harper. Grosso modo, l'un est de centre-droit, l'autre de centre-gauche. Ensemble, ils ne feraient qu'une bouchée des conservateurs. Pourquoi n'ont-ils pas accordé leurs violons? Pourquoi ne se sont-ils pas unis? Ils ont eu le temps de le faire, depuis presque dix ans que Harper se faufile entre les deux. Entre le centre-gauche et le centre-droit, la distance n'est pas infranchissable et elle est infiniment plus petite qu'entre souverainisme et fédéralisme. Historiquement, d'ailleurs, les échanges ont été nombreux entre le NPD et le PLQ. S'il y a telle urgence à battre Harper qu'il faille mettre de côté ses convictions pour y parvenir, telle urgence ne justifie-t-elle pas au premier chef que l'on oublie ses ambitions personnelles et partisanes?

Il semble que non. Il semble que pour le NPD et le PLQ, la priorité ne soit pas de battre Harper, mais de gagner leur élection à eux. La lutte étant serrée, le NPD, en particulier, sollicite le vote des souverainistes. C'est assez fort de café! Ce serait à nous, souverainistes, de sauver le Canada du pétrin dans lequel l'égoïsme partisan des partis fédéraux l'a foutu?

Désolé, mais pour ma part, je ne suis pas si bête. Au-delà des intentions secondaires, un vote pour un fédéraliste, qu'il s'appelle Marotte ou Boulerice, demeure un vote pour le fédéralisme. Et je ne vais pas voter pour le fédéralisme, puisque je n'y crois pas.

Si Harper est réélu, ce sera par votre seule faute, Néo-démocrates, libéraux, et même Verts. Si jamais vous essayez de me faire porter l'odieux du résultat, je vous répondrai en dressant le majeur, le gauche ou le droit, selon votre préférence.

Sylvain Meunier, écrivain

Longueuil

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer