Les installations de Valero à valoriser

La raffinerie de Valero à Lévis... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

La raffinerie de Valero à Lévis

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

À la suite de l'annonce de Valero d'investir 5 millions $ pour le maquillage de ses installations portuaires le long de la rue Saint-Laurent, à Lévis, nous sommes en droit d'attendre beaucoup plus de cette multinationale multimilliardaire.

Installée depuis les années 60 à l'ouest du chemin des Îles avec l'autorisation du conseil municipal de Saint-Romuald, le conseil de la ville de Saint-David en ayant refusé l'installation du côté est du chemin des Îles, la raffinerie initialement nommée Golden Eagle se retrouve maintenant en plein coeur de la ville de Lévis. Et c'est ce qui attire l'attention des touristes lorsqu'ils regardent vers Lévis de la Citadelle de Québec, des plaines d'Abraham, de l'Observatoire de la capitale ou du restaurant Ciel! au sommet de l'Hôtel Le Concorde.

La Ville de Lévis adopte cependant une attitude négationniste en n'évoquant jamais cette embarrassante installation dans ses publications, misant plutôt sur le Parcours des anses, le Vieux-Lévis, la Terrasse, l'Hôtel-de-Ville de Saint-Romuald, les chutes de la Chaudière, les fermes de Saint-Nicolas. Parmi les 15 raffineries exploitées par Valero, celle de Lévis est probablement la seule qui se retrouve dans un des plus beaux endroits au monde à proximité d'un site du patrimoine mondial.

Cette entreprise devrait en être consciente et tout faire pour en embellir ses installations tant en bordure du quai qu'autour de la raffinerie et non seulement se préoccuper d'établir l'indispensable périmètre de sécurité requis en raison de ses activités à risque en s'appropriant tous les terrains et toutes les résidences autour de ses installations, tels le boisé Davida devenu le parc Les Écarts, le terrain de golf l'Auberivière, le terrain des cisterciennes à l'ouest de la rivière Etchemin, toutes les propriétés résidentielles du chemin des Îles et maintenant celles de la rue Saint-Laurent près du quai.

Il est déplorable qu'au fil des ans cette entreprise ait si peu investi dans l'aménagement paysager le long du chemin des Îles et de l'autoroute Jean-Lesage et qu'elle refuse de faire des travaux majeurs tel l'enfouissement de ses conduites dans le secteur de la rue Saint-Laurent, un défi minime par rapport à la construction du pipeline Lévis-Montréal. L'investissement d'une infime fraction de ses quelque 3 milliards $ de profits annuels suffirait.

Les membres du conseil municipal de Lévis pour leur part devraient appuyer toute activité citoyenne incitant Valero à aller dans cette direction en concordance avec toute l'énergie mise à l'aménagement du Parcours des anses et à la revitalisation des rives du fleuve, du parc de la Martinière à la rivière Etchemin en passant par le secteur de la Traverse et le quai Paquet.

Enfin, le gouvernement du Québec devrait en faciliter l'accomplissement en effectuant diligemment toute étude environnementale liée à de tels travaux.

Ainsi, les installations de Valero pourraient passer du statut de verrue dans le paysage à celui de diamant dans cet écrin exceptionnel situé au beau milieu d'une ville en pleine effervescence, et les Lévisiens pourraient un jour en être fiers.

Benoît Bouffard, Lévis

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer