Monsieur le maire, voulez-vous vraiment nous entendre?

Le maire de Québec Régis Labeaume... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le maire de Québec Régis Labeaume

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

J'étais à la consultation publique du 2 juin portant sur le Programme particulier d'urbanisme (PPU) pour le site patrimonial de Sillery et je suis restée abasourdie. Mais aurais-je dû être surprise?

Six cents personnes massées dans une petite salle pour venir entendre, comprendre et dire leur avis sur le plan particulier d'urbanisme; un conseil peu réceptif à la voix des citoyens. Aurais-je dû être surprise qu'une deuxième rencontre soit nécessaire pour que les 150 citoyens désirant parler et exprimer leur point de vue puissent le faire? Non. Les organisateurs avaient imprimé et plastifié 150 coupons de droit de parole. Chaque citoyen avait trois minutes pour s'exprimer et le conseil avait un temps de 40 minutes pour expliquer le PPU pour la troisième fois. Il fallait donc s'attendre à une deuxième rencontre. Par contre, quand cette rencontre est deux semaines plus tard, un vendredi de grande fin de semaine et à l'heure où le monde finit de travailler, j'ai de quoi être surprise. Nous devons faire confiance à nos institutions politiques, mais elles doivent aussi nous montrer un minimum de respect. Je pense que mettre la date de la consultation le 19 juin, deux semaines après la première, qui s'est tenue le 2 juin, est inacceptable. C'est encore plus inacceptable, car la salle était déjà réservée pour le 4 juin. Donc, l'administration municipale a déplacé la date de la deuxième consultation publique. Je pense que la question se pose sérieusement : est-ce que la Ville de Québec veut vraiment entendre les citoyens, les habitants du quartier? Je pense que l'administration Labeaume vient de nous prouver le contraire. Ceci n'est par surprenant lorsque nous savons que pour arriver à une densification de 10 % du territoire, l'administration prend 10 % de tout le site patrimonial qui comprend déjà des quartiers habités (faubourg Saint-Michel, Mont-Saint-Denis, Parc Lemoine et Kilmarnock) et des parcs déjà intouchables tels que le Parc du Bois-de-Coulonge et le domaine Cataraqui. Les 10 % de l'ensemble du site, représentent en fait beaucoup plus sur les quelques terrains qui ne sont pas encore construits. L'administration municipale nous prend-elle pour des imbéciles qui ne savent pas calculer du temps ni des superficies? Je vous laisse répondre à cette question.

Mathilde Vallée

Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer