Le Québec n'est pas le Far West

Travis Kalanick... (Archives AFP)

Agrandir

Travis Kalanick

Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

En réaction à la lettre de Françoise Bertrand de la FCCQ, publiée le 19 mai

«Nous sommes engagés dans une bataille politique. Notre adversaire est un connard qui s'appelle Taxi.» Cette déclaration est celle de Travis Kalanick, fondateur et patron d'Uber. M. Kalanick a son historique: fondateur de Scour, un service illégal d'échange de fichiers pair-à-pair, il a dû fermer boutique après de coûteuses poursuites de l'industrie du divertissement. Fondateur par la suite de Red Swoosh, des charges sociales impayées lui ont valu d'être talonné par l'administration fiscale américaine.

Aujourd'hui, Uber s'implante dans de nombreux pays en visant une forme ou une autre de déréglementation. Au Québec, cette entreprise ne respecte pas la loi qui stipule que «pour offrir ou effectuer un transport rémunéré de personnes à l'aide d'une automobile, une personne doit y être autorisée par un permis de propriétaire de taxi». La compagnie québécoise TAG Taxi, qui a développé en 2012 une application mobile très performante, respecte la loi et les réglementations. Mais pas Uber... qui a par ailleurs fait l'objet d'une perquisition de Revenu Québec la semaine dernière.

Récemment, la présidente-directrice générale de la Fédération des chambres de commerce du Québec, Françoise Bertrand, a appelé les décideurs à «alléger le fardeau réglementaire des acteurs traditionnels» plutôt que de forcer la multinationale Uber à se conformer à la loi du Québec. C'est une erreur.

Cela méprise l'État de droit. Cela méprise la paix dans cette industrie. Cela méprise aussi la valeur de 4400 permis de taxi à Montréal et le gagne-pain de 18 000 chauffeurs qui en font une profession. Ces permis, c'est souvent la retraite de bien des propriétaires-chauffeurs. Ce n'est pas rien: si c'était une entreprise, l'industrie du taxi au Québec serait le 5e employeur en importance.

Françoise Bertrand affirme que les taxis devraient surtout se concentrer dans le transport adapté. Or, c'est une insulte, car l'industrie du taxi fournit déjà à la STM plus de 85 % de son transport adapté avec un taux de satisfaction frisant le 95 %.

Que proposera-t-on de faire avec les 18 000 travailleurs qui vivent de leurs revenus du taxi? Faudra-t-il les pousser au chômage? Ou accepter de faire sortir du Québec la majorité des profits issus du transport de personne? Si le progrès c'est de créer encore plus de pauvreté, alors elle est belle l'économie du partage!

Que dire à ceux qui ont payé leurs permis à prix élevé, suivi une formation de 150 heures, contracté des prêts à des institutions financières qui, elles, ont accordé ces prêts avec la conscience de la réglementation existante? Que dire à des gens à qui on change le contrat professionnel en cours de route afin que leur concurrence, déloyale de surcroît, puisse leur livrer bataille? Vraiment, l'innovation est la bienvenue pour autant que tous aient les mêmes règles.

Françoise Bertrand a beau disserter sur la théorie économique de la destruction créatrice, le piano numérique n'a pas fait disparaître le piano, le vélo la marche ou la moto l'auto, pas plus qu'Uber ne fera disparaître l'industrie du taxi au Québec. Simplement parce que celle-ci est hautement réglementée, qu'elle se soumet à des politiques très strictes sur la sécurité des passagers ou l'assurance des personnes, qu'elle opère de façon légale, paie ses impôts, agit en bon citoyen corporatif, parce quelle est pratique et se renouvelle. Non, la technologie n'excuse rien: les Québécois préfèrent de loin qu'on respecte le droit et leurs lois.

Si c'est une bataille politique, comme le prétend M. Kalanick, alors pourquoi devrait-on modifier la loi ou en faire une nouvelle afin de répondre aux demandes d'un joueur qui refuse de respecter la présente loi? Uber pourrait être surpris d'apprendre que le Québec, ce n'est pas le Far West.

Benoit Jugand, porte-parole du Regroupement des travailleurs autonomes Métallos

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer