La gang de gars

Les officiers «ont tendance à tolérer les cas... (PHOTO JACK GUEZ, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Les officiers «ont tendance à tolérer les cas de comportements sexuels inappropriés, parce qu'ils estiment que les Forces armées canadiennes ne font que refléter la société civile».

PHOTO JACK GUEZ, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

Je me souviens, lorsque j'étais adolescent, des comportements machos dont nous faisions preuve auprès des rares filles qui osaient nous approcher dans nos rencontres de gars au coin de la rue. Et encore plus rares étaient celles qui résistaient à ces basses attaques en nous affrontant, la plupart s'éclipsant rapidement.

Le rapport accablant de la juge à la retraite Marie Deschamps sur une culture «hostile aux femmes» et aux «minorités sexuelles» qui ouvre la voie au harcèlement sexuel et à l'agression sexuelle me rappelle mes années d'adolescence où la gang de gars reflétait le symbole de la domination de l'homme sur la femme.

En effet, vous en conviendrez, il est si facile, pour une gang de soldats, de s'en prendre à la jeune recrue féminine qui doit déjà subir le fait de faire partie de la minorité vulnérable aux sarcasmes de bas étage à caractère sexuel. D'autant plus que ces comportements sont passés dans les moeurs des sous-officiers qui, aux dires de Mme Deschamps, «semblent être généralement désensibilisés» à cette culture, tandis que les officiers «ont tendance à tolérer les cas de comportements sexuels inappropriés, parce qu'ils estiment que les Forces armées canadiennes ne font que refléter la société civile»... Tout un argument, n'est-ce pas?

En tout cas, ce n'est sûrement pas demain la veille que l'égalité hommes-femmes va garnir les galons de l'armée canadienne. Et tant et aussi longtemps que ces comportements d'hommes en chaleur envahira le cercle des Forces armées canadiennes, les femmes qui oseront en faire partie devront démontrer un courage à toute épreuve et surtout les dénoncer. À cet effet, je me rallie entièrement à la recommandation de Marie Deschamps qui propose à l'armée la création d'un «centre indépendant» qui recevrait et traiterait les plaintes, et qui s'assurerait en plus d'offrir des activités de prévention et de soutien aux victimes.

Henri Marineau

Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer