Faciliter le don d'organe: réaction

Seulement 2 % des décès surviennent par le... (Archives AFP)

Agrandir

Seulement 2 % des décès surviennent par le mécanisme de mort cérébrale. De ceux-ci, seulement la moitié sont admissibles à la transplantation. Donc 1 % des décès, écrit l'auteur.

Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

(En réaction à la lettre «Faciliter le don d'organe» de Gilbert Blachon)

J'ai été un peu surpris de l'intervention de M. Blachon sur le site du Soleil. Particulièrement de la suggestion de rendre le prélèvement «obligatoire», même à l'encontre des volontés de la famille. Bref, nous ne sommes plus propriétaires de nos organes. Ils deviendraient un bien public dont nous (les équipes de transplantations) disposerions comme bon nous semble! Son parallèle avec l'Espagne est douteux puisque ce pays respecte la volonté des familles.

Remettre entre les mains des députés la responsabilité d'une pénurie d'organes me semble une affirmation grossière. Je suis beaucoup plus inquiet de la décision récente de l'Outaouais d'abolir le poste d'infirmière-ressource qui facilite l'identification et la gestion des donneurs potentiels. On a perdu une vraie ressource en don d'organes à cet endroit et ça a beaucoup plus d'impact qu'une éventuelle loi.

Je comprends que les histoires récentes de la patiente en attente de poumons sont déstabilisantes, affectent les gens. Toutefois, on ne peut simplifier à l'extrême le don. Le don doit demeurer un don.  

Seulement 2 % des décès surviennent par le mécanisme de mort cérébrale. De ceux-ci, seulement la moitié sont admissibles à la transplantation. Donc 1 % des décès. Notre taux de donneurs par million de 20,9 est moindre que celui de l'Espagne (34,7). Nos premiers objectifs sont cependant les États-Unis (25,7) et la France (24,3). Ça, c'est le don en mort cérébrale. L'éléphant dans la pièce au Québec est le taux de donneurs vivants (pour les reins), il est de 6,7 par million alors qu'il atteint 28 par million en Colombie-Britannique. Il y a là des gains formidables à faire.

Bernard Cantin, cardiologue, Hôpital Laval, président du comité des organes thoraciques, Transplant-Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer