Les enseignants ont le dos large

D'abord, pour réussir en éducation, il faut que... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

D'abord, pour réussir en éducation, il faut que les parents soient derrière leurs enfants, affirme l'auteur.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Soleil

(Au ministre de l'Éducation Yves Bolduc)

Pour contrer le décrochage scolaire, les différents gouvernements n'ont jamais attaqué l'aspect sociétal du problème. D'abord, pour réussir en éducation, il faut que les parents soient derrière leurs enfants. L'école ne change rien ou si peu à la culture acquise à la maison. Ensuite, il faut une relation équilibrée entre le travail de l'enseignant(e), de l'élève et des parents. Une relation de mutuelle confiance. Il faut aussi un appui inconditionnel des parents envers l'école. 

Nous sommes loin de cette réalité. Combien de parents motivent des absences qui n'ont aucun fondement; combien autorisent leurs enfants à ne pas faire leurs devoirs ou n'ont pas de temps pour les leçons; combien encouragent leurs enfants à ne pas respecter les enseignants ou l'école; combien laissent traîner leurs petits du matin au soir dans les services de garde; combien n'assistent même pas aux activités parascolaires de leurs rejetons; combien motivent les perpétuels retards de certains élèves... 

Dans ma carrière, j'ai vu des enfants de six ans hurler de rage en maudissant tous les saints du ciel pour ne pas avoir à lever un crayon, tout comme j'ai vu des parents mentir sans vergogne pour donner raison à leurs enfants. J'ai vu des enfants, des adolescents et des parents menacer des enseignants verbalement et parfois physiquement. À ce que je sache, cela ne s'apprend pas à l'école.

J'entends également des gens d'affaires se plaindre du manque de respect et du manque d'assiduité de trop de jeunes sur le marché du travail. M. le ministre, c'est à la maison que s'acquiert l'assiduité. Contrer le décrochage, c'est avoir de la discipline. Une discipline qui vient d'une bonne éducation reçue à la maison.

Posons-nous la question, M. le ministre: les enseignants seraient-ils les seules personnes à avoir des valeurs fondamentales dans l'éducation des jeunes? J'ose affirmer que la majorité du personnel enseignant entretient de bonnes relations avec les jeunes et avec les parents. 

M. le ministre, casser du sucre sur le dos des enseignants serait-il une façon de se faire du bénéfice politique en manipulant des ignorants?

Michel Mathieu, enseignant, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer