« Maman est docteure, monsieur Barrette !»

Gaétan Barrette... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Gaétan Barrette

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

Au ministre de la Santé, Gaétan Barrette

Salut Monsieur Barrette, Je m'appelle Jeanne. J'ai 9 mois. Ma maman est docteure. Depuis quelques jours, elle n'est plus la même. Son visage est plein de plis. Elle n'est pas fâchée, mais préoccupée. On dirait qu'elle n'est plus là. Perdue dans ses pensées.

Un peu triste, j'ai voulu écrire au Père Noël pour lui demander de me ramener ma maman. Mais papa m'a dit que tu étais plus fort que le Père Noël. Alors je t'écris.

Avant mon arrivée, Maman était une bonne médecin de famille. Elle travaillait jusqu'à 70 heures par semaine. Je te dis que je me faisais brasser dans cette bedaine-là! Et j'entendais souvent: «Je suis tellement content d'avoir une femme médecin. L'approche est différente, on dirait.» Elle était bonne, ma maman. Mais tu diras que je ne suis pas objective... C'est vrai!

Et puis, je suis née. En mars 2014. Alors, elle a arrêté pendant quatre mois. Puis elle est retournée travailler, à temps partiel. Elle me disait qu'il y avait des amis malades à soigner. Que je devais comprendre! C'est drôle, mais il y avait d'autres personnes qui ne semblaient pas comprendre : «Quatre mois!? Mais c'est bien trop petit! Pourquoi tu as tenu à recommencer si vite?» Si bien qu'assez vite, Maman a attrapé la culpabilité. Tu ne connais peut-être pas cette maladie-là... C'est une affaire de mamans, il paraît. Pas facile, mais elle apprend à vivre avec. C'est la vie!

En 2014, Maman a travaillé 87 jours. Méchante contre-performance, tu diras. De mon côté, je te dirais que, comme maman, elle n'est pas pire. J'aurais aimé avoir la même chance que mes amis et l'avoir avec moi tout le temps... Mais à neuf mois, j'ai compris qu'on ne peut pas avoir tout ce qu'on veut dans la vie. Même si on pleure très fort. Il faut faire des compromis. Ça veut dire écouter ce que chacun a à dire et trouver un terrain d'entente.

Parlant de compromis... Maman dit que tu n'aimes pas vraiment ça. Je te comprends. Mais pour la Nouvelle Année, j'aimerais te demander un cadeau spécial. De l'écoute. Juste un peu d'écoute pour que Maman et toi trouviez un terrain d'entente. Pour que vous régliez les gros problèmes qui vous préoccupent et pour que les amis soient bien soignés.

Je sais que c'est un gros cadeau que je te demande. Mais j'ai été tellement sage en 2014, Monsieur Barrette, que je suis confiante. Je l'aurai mon cadeau!

Merci beaucoup et gros bisous sur les joues,

Jeanne

P.S. Tu auras sûrement besoin de savoir, c'est qui, ma maman. Elle s'appelle Isabelle Samson. Et tu sais quoi? J'ai trouvé ça sous son oreiller:

Projet de loi 20. Mes alternatives pour améliorer l'accès à un médecin de famille:

1. Encourager les médecins à assumer une direction important au sein de leurs établissements de santé, car ils sont ceux qui connaissent le mieux les besoins des patients.

2. Travailler avec les médecins, les autres professionnels et les patients pour mettre en place des équipes interdisciplinaires et des environnements de travail optimaux.

3. Offrir aux résidents en médecine familiale une expérience positive et valorisante pour leur donner envie de suivre des patients en cabinet.

4. Utiliser le «Big data» des dossiers médicaux électroniques plutôt que la discipline pour inciter les médecins à être plus performants.

5. Adopter un mode de rémunération mixte axé sur la capitation pour encourager la prise en charge de clientèle vulnérable.

Isabelle Samson

Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer