Financer les paniers de Noël

Elle est belle, la tradition des paniers de Noël. Mais on peut, sous d'autres... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Soleil

Elle est belle, la tradition des paniers de Noël. Mais on peut, sous d'autres formes que celle de paniers de victuailles, la perpétuer tout au long de l'année. C'est par exemple ce qui se produit quand on accroît la portée de la justice distributive. Augmenter le salaire minimum ou encore les pensions des gens âgés, assurer une meilleure qualité de l'enseignement dans les milieux défavorisés, apporter une aide plus efficace aux jeunes en difficulté, améliorer la qualité des services publics et particulièrement l'accessibilité aux soins de santé : tout cela est pareil à de gros paniers de Noël qu'on se distribue les uns aux autres parce qu'on croit à la solidarité.

Mais il faut avoir de quoi les remplir, ces beaux paniers. Pour cela, il ne faut pas gaspiller, ne pas jeter l'argent par les fenêtres. Et il faut que chacun fasse sa part. Or voici que La Presse du 11 décembre nous révèle que près d'une trentaine d'entreprises québécoises omettent en partie de payer leur part dans le financement des tâches collectives en fourguant des profits parfois plantureux dans des abris fiscaux. Qui plus est, on apprend, en lisant une chronique juteuse de Patrick Lagacé (La Presse, 17 décembre) que la réputée entreprise Bombardier a réussi, tout à fait légalement, à placer au Luxembourg quelque 500 millions $ de profits en vue d'échapper autant que ce peut à ses obligations fiscales. Ce qui, soit dit en passant,  témoigne d'un certain manque de décence quand on sait que cette honorable firme a profité à plusieurs reprises de la générosité du gouvernement du Québec.

Alain Denault, un expert cité par Patrick Lagacé, estime à 155 milliards $ la somme qui, en 2012, était «en voyage» dans sept États et territoires de complaisance dans le but d'échapper au fisc canadien et dont une portion pourrait enrichir le bas de laine québécois. De quoi remplir ces paniers de Noël qui durent toute l'année sous la forme de services publics de qualité et de mesures d'entraide qu'on devrait rendre plus généreuses.

Louis O'Neill

Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer