Jean Béliveau: une fine fleur

Jean Béliveau a visité l'un des jardins de...

Agrandir

Jean Béliveau a visité l'un des jardins de Gisèle Lebrun pour la première fois en 1988. L'ex-capitaine du Canadien était présent en 2001 (photo), lorsqu'elle a inauguré son troisième jardin.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Soleil

L'expression «une fine fleur» désigne ce qu'il y a de plus raffiné. L'actualité m'incite à personnaliser cette expression populaire.

Depuis l'annonce du décès de Jean Béliveau, des centaines de personnes ont souligné le plaisir qu'elles ont ressenti à l'occasion de leur rencontre avec lui. Chacun souligne, à sa façon, son admiration face aux nombreuses qualités de ce célèbre personnage: simple, toujours disponible, généreux (il a créé une fondation qui porte son nom), humain, jovial, distingué, humble, timide, surtout au début de sa carrière, croyant (chaque jour il remerciait Dieu du talent dont il a hérité) et sans doute plusieurs autres qualités qui ne me viennent pas à l'esprit actuellement.

On dit que l'on récolte ce que l'on a semé.

Cela s'applique merveilleusement bien à la vie de Jean Béliveau.

Un jour où il visitait les deux magnifiques jardins de madame Gisèle Lebrun, à Saint-Roch-des-Aulnais, celle-ci a révélé à Jean qu'elle aimerait bien aménager un troisième jardin. Jean lui a dit: il faut aller jusqu'au bout de ses rêves. Trois ans plus tard, elle inaugurait son troisième jardin. Jean Béliveau était présent.

Elle lui réservait une surprise, elle avait hybridé un iris pour lui. Bleu pâle parce qu'il était un joueur pacifique qui ne jetait jamais les gants, les épaules de l'iris, jaunes, couleur de l'espoir, et ses barbes, bleues, couleur de ses yeux. Il a été homologué en 2006 à l'Américan Iris Society.

Pour toutes les personnes qui ont eu l'honneur de le côtoyer, il est difficile d'accepter son départ, mais il faut se réjouir du fait qu'il demeurera avec nous sous la forme d'une fleur, ce qu'il a hautement mérité, car il a lui-même semé de nombreuses fleurs dans la vie des personnes qui l'ont côtoyé.

Merci madame Lebrun d'avoir créé cette fleur, et merci à Mylène Moisan du Soleil à qui j'ai volé des informations publiées dans sa chronique.

Jean, tu as obtenu plusieurs tours du chapeau dans ta carrière.

Comme mot de la fin, rien de mieux que: chapeau!

 

Benoît Thibault, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer