Ne pas céder au mercantilisme déshonorant

Le transport du pétrole vers des marchés internationaux... (Archives Bloomberg)

Agrandir

Le transport du pétrole vers des marchés internationaux à travers le Québec permettrait aux pétrolières albertaines d'accroître leur production et d'augmenter leurs profits. Au fond, l'objectif est nettement économique, lié aux pétrodollars, observe l'auteur.

Archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

Il peut certes y avoir un souci honorable d'équité dans le fait de penser, comme le premier ministre Couillard, que le Québec a le devoir de permettre sur son territoire le transport du pétrole albertain en retour des bénéfices financiers que nous en retirons par le biais de la péréquation. D'ailleurs, cette apparence de magnanimité ne confirmerait-elle pas la mesquinerie d'un éventuel «pas dans ma cour»?

Encore faut-il cependant que cette perspective d'éthique politique n'échappe pas à l'obligation de valider même les plus nobles objectifs par la prise en compte d'impératifs humainement souhaitables et techniquement réalisables. Il peut convenir à cet égard de compromettre parfois santé et sécurité ou même la vie individuelle ou collective. Mais assumer pareil risque ne peut se justifier que par un cadre de valeurs rigoureux.

Le transport du pétrole vers des marchés internationaux à travers le Québec permettrait aux pétrolières albertaines d'accroître leur production et d'augmenter leurs profits. Au fond, l'objectif est nettement économique, lié aux pétrodollars. Or, malgré toutes les précautions, le passage de ce pétrole sur notre territoire demeurerait une situation à haut risque aux conséquences potentiellement catastrophiques.

Cette leçon de Lac-Mégantic est même paradoxalement confirmée par l'effort presque désespéré de Greg Rickford, ministre fédéral des Ressources naturelles, pour combattre le scepticisme par l'annonce récente de mesures de prévention strictes, mais quand même illusoires et empreintes de pensée magique. Subordonner à ces objectifs économiques le droit des citoyens à la sécurité et à un milieu de vie sain relèverait d'un mercantilisme déshonorant et contraire à la qualité des relations entre les membres de la fédération canadienne.

Voilà l'approche humaniste que doit retenir l'éthique politique devant présider aux décisions gouvernementales. De quoi fournir ses lettres de noblesse au difficile mais courageux «Coule pas chez nous».

Gérard Lévesque, Lévis

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer