Pratiquer cinq ans au Québec

Partager

Le Soleil

On manque tout simplement de médecins au Québec.

À la mi-novembre dernier, j'ai eu un problème de santé et j'ai demandé et obtenu un rendez-vous: celui-ci sera le 15 janvier, soit deux mois plus tard... Or, former un médecin, ça coûte très cher. Comme le disait un prof de l'Université Laval, un médecin qui enseigne, ça coûte le même prix qu'un médecin, et parfois plus, car ce sont des spécialistes dans leur domaines. Dès les années 80, on a décidé d'en former moins. Et en plus, avec le contingentement, c'est l'université qui décide qui sera formé. Avec de bonnes intentions, on a, par exemple, à l'Université Laval, formé deux Haïtiens qui oeuvrent maintenant en Floride (ce que j'ai découvert dans une visite en Floride). Et on forme des jeunes du Nouveau-Brunswick qui, leurs études terminées, vont pratiquer simplement au Nouveau-Brunswick.

Puisque ce sont les contribuables québécois qui paient la plus grande partie du coût de la formation des médecins, pourquoi le ministère de l'Éducation ne choisiraient-ils pas des étudiants qui, peu importe leur provenance, s'engageraient à demeurer au moins cinq années au Québec, leurs études terminées, ce qui serait une manière de remercier les contribuables du coût réel de leurs études? De plus, après cela, peut-être décideraient-ils de s'y installer définitivement...

Desneiges Nadeau, Pohénégamook

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer