Douanes US à YQB

Vraisemblablement Aéroport de Québec inc. devra assumer les coûts inhérents aux... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Vraisemblablement Aéroport de Québec inc. devra assumer les coûts inhérents aux salaires et bénéfices marginaux des douaniers américains qui seront assignés à Québec.

Il m'apparaît que les gestionnaires de YQB devront également ajouter à leurs prévisions budgétaires des mots croisés, mots fléchés et sudokus. Ils en auront bien besoin.

En effet, les Québécois se souviendront sans doute qu'il y a cinq ou six ans, il y avait au moins huit à neuf vols transfrontaliers par des transporteurs américains soit :

Continental/United - trois vols quotidiens de et vers Newark et deux de et vers Chicago,

Delta - deux vols quotidiens vers Detroit (remplacés ensuite par deux vols de et vers l'aéroport Kennedy);

U.S. Airways (American Airlines maintenant) - deux vols quotidiens de et vers Philadelphie.

Aujourd'hui, il ne reste que deux vols quotidiens (Delta et United) à YQB par des transporteurs américains.

Pourquoi en est-il ainsi? Le gestionnaire à YQB impose désormais une taxe de 31 $ du billet pour couvrir les frais d'amélioration des infrastructures de l'aéroport. Il s'agit de la perception la plus onéreuse au pays en partie payée par la clientèle dont on dit vouloir prendre soin.

Les transporteurs américains ont décidé de passer aux administrateurs un message clair, il me semble.

Ainsi les douaniers américains vont trouver les journées très longues, malgré quelques vols hebdomadaires vers les États-Unis par des transporteurs canadiens.

Alors, pourquoi agrandir le secteur des vols internationaux puisque les transporteurs américains ont de moins en moins d'intérêts vu les coûts prohibitifs à YQB? Peu probable que les transporteurs européens ou asiatiques pensent différemment. Il me semblait que la société qui administre YQB en était une sans but lucratif. Y croyez-vous vraiment?

Marc Drouin, Québec

***

La grille de M. Royer

En réaction au texte «Réussite éducative : une grille de correction pour la politique à venir», paru le 3 mars

Brillant pédagogue, Égide Royer propose une grille d'évaluation de la future politique. On gagnerait tous à transposer ce genre d'outil à d'autres politiques et projets de loi en devenir ou passés, pour nous éviter les débats partisans. 

Cela nous permettrait d'apprécier avec plus d'objectivité la valeur de ce que nous proposent politiciens et fonctionnaires, et fournirait un antidote aux débats stériles auxquels les élus nous ont habitués. 

Jean-Paul Plante, La Malbaie

***

Merci Monsieur Lavoie

Si vous n'avez pas lu la chronique de Gilbert Lavoie du jeudi 9 mars, courez-y. C'est une douche de «gros bon sens» qui remet les pendules à l'heure par rapport au message de Sophie Grégoire Trudeau à l'occasion de la Journée des femmes. Le GBS [gros bon sens], ça vous dit quelque chose? C'est la jugeote, la capacité de porter un jugement. C'est cette faculté qui empêche les dérapages «verbeux» à propos de tout et de rien, devenus si fréquents dans notre univers où les messages voyagent à la vitesse de la lumière. La jugeote, c'est ce qui nous permet de donner aux choses une importance relative si on les compare avec d'autres dont la valeur est sans équivoque.

Sophie Grégoire Trudeau s'est fait vilipender sur la place publique parce qu'elle a utilisé son droit de parole pendant la Journée des femmes pour suggérer de célébrer les hommes qui traitent les femmes et les filles avec respect. Je me triture les méninges pour comprendre ce qui n'allait pas dans son message et tout ce que je trouve à dire c'est : Wow! Wow! et encore Wow! Utiliser son droit de parole lors de la Journée des femmes pour prononcer les mots célébrer, hommes respectueux des femmes, ça prend de l'aplomb, de l'audace. Elle a souligné la Journée des femmes avec un propos différent, rassembleur même, faisant appel à ce que les femmes veulent des hommes. Ne célébrait-on pas hier les femmes qui osent, qui se prévalent de leur droit de dire haut et fort ce qu'elles pensent? Je crois qu'on a perdu de vue l'objectif, non? 

«Le bon sens, tout le monde en a besoin, peu l'ont, et chacun croit l'avoir.» - Benjamin Franklin

Marlène Gagnon, Québec




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer