Les gros sabots de Ciment McInnis

Ciment McInnis prévoit un début d'exploitation vers la... (Photo Gilles Gagné, collaboration spéciale)

Agrandir

Ciment McInnis prévoit un début d'exploitation vers la fin de 2016.

Photo Gilles Gagné, collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Gilles Gagné</p>
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Carleton) BILLET / Depuis son acquisition du projet de cimenterie de Port-Daniel, en décembre 2011, la firme Ciment McInnis a régulièrement montré qu'elle pouvait porter de gros sabots et mettre à l'épreuve plusieurs des citoyens de la municipalité dans laquelle elle s'est installée, et ceux des communautés gaspésiennes en général.

En 2012, elle n'avait pas l'intention de consulter publiquement les gens de la place pour présenter son projet d'un milliard de dollars. Sa direction prévoyait acheminer de la documentation individuelle dans les foyers. Elle s'est ravisée en décembre de la même année, en tenant une assemblée publique.

Depuis la relance du projet, en fin de 2011, la compagnie affirme qu'il s'agira de la cimenterie la plus moderne et l'une des moins polluantes d'Amérique du Nord. Pourtant, la direction de la firme s'est battue avec l'énergie du désespoir pour éviter que le projet soit scruté par le Bureau d'audiences publiques en environnement (BAPE).

La compagnie s'est même objectée à ce que ses échanges avec le ministère de l'Environnement et la Direction de la santé publique soient dévoilés afin que les citoyens en prennent connaissance. Elle s'est de plus opposée à ce que les simples questions de la Santé publique soient publiées.

On a pourtant appris, à l'automne 2013, que l'usine de Ciment McInnis deviendra le plus gros émetteur de gaz à effet de serre du Québec lors de son entrée en fonction à la fin de 2016. Ses émissions, selon le volume de production, varieront entre 1,7 million et 2 millions de tonnes de gaz à effet de serre par an.

Qu'une firme industrielle s'oppose à la divulgation des échanges ou seulement des questions ne surprendra pas grand monde. Il est pour le moins troublant que les autorités gouvernementales jouent ce même jeu.

Présentement, la firme refuse de payer des indemnisations à des propriétaires informés en 2013 par Ciment McInnis qu'ils devraient partir de leurs demeures avant le début d'exploitation de la carrière située à proximité.

Entre le printemps 2013 et décembre 2015, neuf propriétaires ont d'abord tenté d'obtenir un juste prix pour leur demeure.

Les gens devaient non seulement s'assurer d'obtenir ce «juste prix», mais ce prix devait leur permettre de remplacer cette propriété dans un contexte inflationniste, puisqu'il est permis de penser que les 153 emplois qu'entraînera l'exploitation de la cimenterie mettent une pression sur l'accessibilité à un toit à Port-Daniel-Gascons.

Il est bien possible que Ciment McInnis ait été attendue de pied ferme par certains propriétaires désireux de profiter d'une manne temporaire. En gros toutefois, selon ce que Le Soleil a pu vérifier au cours des dernières semaines, les propriétaires ont essentiellement cherché à se reloger dans des conditions équivalentes, une exigence raisonnable. Ils ne devraient pas avoir à débourser un sou parce qu'une compagnie les incite à changer de milieu de vie.

Ciment McInnis a finalement révisé sa stratégie d'exploitation et ne souhaite plus acquérir les huit propriétés convoitées depuis 2013, un propriétaire ayant entre temps accepté l'offre.

Étant donné que les représentants de la cimenterie ont adopté une attitude discutable pendant les pourparlers de 2013 à 2015, alors que certains propriétaires sont restés des mois sans nouvelles, et qu'une famille a même vendu son gagne-pain, convaincue qu'elle allait devoir partir, le versement «d'indemnisations de dérangement» serait normal.

On s'attendrait à mieux d'une firme aux grands moyens financiers. On s'attendrait à mieux d'une firme qui a bénéficié de 450 millions $ de prêts et de participation dans le capital-actions allongés par des firmes publiques et parapubliques comme Investissement-Québec et la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Il est à se demander comment ça se passera, quand la cimenterie sera en exploitation.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer