Prioriser les soins palliatifs

Cher député, (123RF/Jordan McCullough)

Agrandir

123RF/Jordan McCullough

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Cher député,

Comme vous le savez, le comité mixte spécial sur l'aide médicale à mourir est à préparer un rapport comportant des recommandations pour la rédaction d'un projet de loi en la matière (remarquez que la décision Carter ne crée aucunement un droit à la mise à mort). 

Ne trouveriez-vous pas capital qu'avant la création d'un droit à l'aide médicale à mourir, le Parlement créé, dans une loi, un droit canadien aux soins palliatifs, conformément au droit aux soins palliatifs décrété par l'Organisation des Nations Unies et l'Organisation mondiale de la santé, dont le Canada est membre et signataire?

Comme vous le savez, seulement un Canadien sur quatre a accès à de bons soins palliatifs et que, tôt ou tard, tout être humain se retrouve en fin de vie. 

Si jamais vous faites partie des trois Canadiens sur quatre qui n'ont pas accès à de bons soins palliatifs, vous vous verrez peut-être contraint à demander à vous faire mettre à mort. Vous pourrez remercier, pour ce cul-de-sac, les députés qui auront voté en faveur d'une mise en place de l'aide à mourir avant d'avoir exigé que l'aide à vivre soit offerte et disponible adéquatement.

Car une fois la mort induite introduite, il sera d'autant plus difficile de faire avancer les soins palliatifs.

Enfin, il ne faudrait pas que ce droit aux soins palliatifs se limite, comme c'est le cas dans la loi québécoise sur les soins de fin de vie, à «si les ressources le permettent».

Ward O'Connor, Montcerf-Lytton

***

Soins dentaires ou procréation assistée?

Il serait déraisonnable que le régime de l'assurance maladie couvre la procréation assistée (couples infertiles), alors que les soins dentaires en sont exclus. Contrairement aux troubles de dents, l'infertilité n'est pas une maladie ni une question de santé : c'est un état, une condition physique, une manière d'être. Malgré toute la compassion que l'on puisse ressentir pour les couples infertiles, l'on devrait, au risque d'avoir la dent dure, assurer par priorité la santé dentaire. Ce qui malheureusement serait aussi considéré comme un luxe.

André Louis La Ferrière, Saint-Elzéar

***

De la mémoire? De l'audace? De l'humanité!

De la mémoire pour saluer Lester B.Pearson qui, en 1959, a convaincu les pays industrialisés de cibler 0,7% du PNB comme aide à apporter aux pays les plus pauvres.

De l'audace pour que le Canada, qui «est de retour», ose cibler à nouveau le 0,7 % d'ici l'an 2020. Depuis plus de 50 ans, nous n'avons jamais atteint cet objectif. Actuellement, après la tempête conservatrice, nous sommes à 0,24 %. Oui, les temps sont difficiles pour les canadiens aussi, mais...

De l'humanité pour aller au-delà des résistances et nous recentrer sur les fillettes africaines exclues de l'école, appuyer les grands programmes d'immunisation (paludisme, etc.), continuer à appuyer les programmes de santé maternelle, bref pour partager ce qui est acquis par tous, la richesse n'est-elle pas créée tant par le sud que par le Nord?

J'écris cette lettre et j'entends, autour de moi, le cri de l'inefficacité de l'aide internationale, de la corruption. Je sais que cela existe et constate l'appel au repli. L'enjeu ne permet pas le repli. Je sais que le gouvernement canadien est prudent et le sera. Aujourd'hui, je l'invite à garder le cap sur la mémoire, l'audace et l'humanité!

Huguette Guay, Mont-Carmel

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer