Passer à l'histoire comment?

L'affaire Jutra fait réfléchir quant à la rigueur de la démarche pour justifier... (123RF/Jordan McCullough)

Agrandir

123RF/Jordan McCullough

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'affaire Jutra fait réfléchir quant à la rigueur de la démarche pour justifier la pertinence d'immortaliser, en quelque sorte, un personnage de valeur.

Un constat embarrassant qui invite à des pirouettes explicatives qui laissent le peuple songeur. On crie trop vite au geste historique. On se laisse emporter par la démesure ouvrant sur la célébrité automatique. 

Nous devrions nous inspirer de la procédure de canonisation romaine faite de longues enquêtes minutieuses avant le stade ultime de la sainteté.

Bien plus le choc engendré par la vie trouble de Claude Jutra met en évidence l'urgence de vérifier, peut-être d'autres cas. Ce n'est pas l'inquisition, mais la prise de conscience plus profonde de ce qui est historique, digne de mention, inspirant et mémorable. On ne doit pas laisser en héritage le mensonge cautionné par toute forme de maquillage...

Douglas Beauchamp, Québec

***

Il n'a pas changé!

Claude Jutra est décédé il y a déjà une trentaine d'années. Il était très populaire; il réussissait à faire chefs-d'oeuvre ce qui passait à l'écran. C'est ainsi que moi et d'autres l'avons connu. Il avait, selon les dires, une vie éclatée, différente. Je ne vous écris pas à cause de sa vie privée. De toute façon, il y a tellement d'années qu'il nous a quittés qu'on ne peut avoir de faits récents et nouveaux. Il y a 20 ans ont été créés la soirée des Jutra et les trophées à son nom. Aujourd'hui, on dévoile la vie secrète de cet homme. Ce que je ne comprends pas est que l'on a créé une soirée, des trophées et j'en passe en l'honneur de ce monsieur. C'est le même monsieur, avec le même passé. Où étaient ces personnes qui le lapident aujourd'hui? Mais où étiez-vous alors dans le passé? Claude Jutra n'a pas changé!

Nathalie Rancourt, Québec

***

Monde malade

Quel retour au Moyen Âge! Pourquoi condamner à la fois la personne et son oeuvre? D'où vient cette urgence, cette folie collective de condamner quelqu'un sur une base criminelle sans aucune enquête policière? La réponse est tout aussi simple que triste. Cette rapide «débaptisation» collective répond au besoin insatiable des médias sociaux et à cette maladie médiatique chez certains de faire n'importe quoi pour passer à Tout le monde en parle. Le monde est vraiment malade.

Jean-Marie Fallu, historien et auteur, Gaspé

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer