Adoption: qu'attendez-vous pour agir?

La présidente du Mouvement Retrouvailles, Caroline Fortin... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La présidente du Mouvement Retrouvailles, Caroline Fortin

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Lettre à Stéphanie Vallée, troisième ministre de la Justice du Québec

À la lecture du point de vue de M. Roger Lessard, paru dans Le Soleil du mardi 2 février, j'avais l'impression d'avoir moi-même écrit cette lettre, mais dans un tout autre domaine, celui de la postadoption et des retrouvailles. Étrange, non?

Force est de constater que certains dossiers importants semblent vous échapper depuis votre nomination en avril 2014 à titre de ministre de la Justice. Comme pour le dossier sur la pédophilie, vos prédécesseurs MM. Fournier et Saint-Arnaud ont posé des gestes concrets pour apporter des modifications législatives en matière d'adoption, d'antécédents biologiques et d'identité pour les 300000 personnes ayant été confiées à l'adoption et pour les parents biologiques concernés par cette difficile décision prise dans le passé. Des projets de loi ont été déposés en 2012 et 2013. Qu'attendez-vous, Madame la Ministre, pour déposer celui qui semble d'une très grande importance à vos yeux lorsque quelqu'un de votre cabinet ou du ministère daigne nous rappeler?

Nous avons eu la chance de vous rencontrer lorsque vous étiez dans l'opposition. Depuis avril 2014, aucune ouverture possible. Plusieurs personnes concernées vous ont écrit et ont reçu la même réponse, à savoir que vous êtes très sensible à ce dossier complexe et que vous poursuivez vos travaux afin de proposer l'adoption d'un projet de loi dès que les circonstances le permettront. 

Oui, ce dossier est complexe, mais comme des dizaines de légistes, d'avocats, de comités et quoi encore, ont révisés plus d'une fois ces lois, quelles sont les circonstances qui vous permettront de déposer votre projet de loi?

L'organisme dont je suis la présidente, le Mouvement Retrouvailles, existe depuis 1983 et se débat pour faire reconnaître le droit à l'identité. Ne trouvez-vous pas que le temps est venu - pour ne pas dire dépassé... - de finalement permettre aux milliers de gens en attente d'avoir accès à leur identité d'origine et pour les parents qui ont confié ces 300 000 enfants à l'adoption de savoir qui ils sont?

Il ne s'agit pas ici d'un fléau comme la pédophilie. Il ne s'agit pas ici d'un dossier qui demandera des milliards de dollars pour le mettre en oeuvre. Il ne s'agit pas ici de refaire le monde. Il s'agit tout simplement de remettre à qui de droit son identité, ses origines. Cette identité a été enlevée automatiquement lors du jugement d'adoption. Des certificats de baptêmes «faussement légalisés» ont été émis dans les paroisses où ces enfants ont été adoptés. Des renseignements erronés ont été volontairement inscrits dans certains dossiers pour brouiller les pistes. Il est réellement temps que la vérité soit rétablie.

Veuillez, Madame la Ministre, donner accès aux informations nominatives contenues dans les dossiers d'adoption au Québec.

Caroline Fortin, présidente du Mouvement Retrouvailles, Lévis

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer