Favoriser l'ensemble de la communauté

Jean-Paul L'Allier en 1997... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Jean-Paul L'Allier en 1997

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

NOTE DE PRÉSENTATION : Les fusions municipales sont souvent vues comme le principal leg politique de l'ex-maire Jean-Paul L'Allier, mais elles n'ont pas toujours été au sommet de son agenda. À l'occasion de son décès, dans la nuit de lundi à mardi, nous reproduisons ici une lettre ouverte de M. L'Allier, publiée à l'origine pendant la campagne électorale de 1997. Le maire de Québec n'y demandait pas l'annexion des villes de banlieue, mais on y sentait clairement poindre une frustration chez l'homme qui dirigeait la capitale depuis 1989. En fait, ce texte indiquait une direction générale dans laquelle les fusions n'ont constitué, finalement, qu'une suite logique. Ce pas supplémentaire, M. L'Allier le franchira deux ans plus tard, en 1999, quand il demandera formellement les fusions avec cinq autres maires de villes-centre. Et à ce titre, cette lettre ouverte est un fort beau morceau d'histoire politique.

J'assume, depuis près de deux ans, la présidence de la Communauté urbaine de Québec. Je le fais avec détermination et beaucoup de motivation. Je le fais aussi en favorisant, à chaque fois que c'est dans l'intérêt de l'ensemble de la communauté et de la région, les actions et les changements appropriés pour canaliser nos énergies vers des défis communs plutôt que d'exciter des tensions qui, de toute façon et de par la nature même de nos fonctions politiques, continueront d'exister.

La Communauté urbaine ne s'est jamais vraiment constituée autour d'une véritable «communauté» d'intérêts communs. Elle a dû se contenter de gérer les champs de responsabilités que lui impose, d'une façon incontournable, la loi.

La fiscalité nous condamne toujours, malgré nos appels à la réforme pour notre financement municipal, à une concurrence aussi déprimante, improductive et désuète que néfaste. C'est pourquoi nous devons continuer, comme ville-centre et avec l'UMQ, à exiger une véritable réforme de la fiscalité municipale.

La conjoncture

La conjoncture dans laquelle naviguent la Communauté et l'ensemble de la région est sévère. Elle appelle donc d'autant plus à la mobilisation : une population qui n'augmente pas et qui vieillie, une perte d'emplois, à ce moment-ci irréversible, dans les secteurs publics et parapublics, un taux de chômage élevé, dramatique chez les jeunes, mais aussi à tous âges, et une économie qui, comme ailleurs, semble avoir de plus en plus de difficultés à se renouveler et à se relancer.

Nos citoyens se perçoivent et sont effectivement trop taxés, au total de tous les paliers de gouvernements.

À moins de faire face ensemble aux nouveaux défis qui se posent à nous, les solutions que les gouvernements supérieurs choisiront pour régler «leur» propre problème pourraient bien devenir, pour nous et pour nos citoyens, un mal encore plus grand que la situation actuelle.

Les objectifs

Notre communauté a le pouvoir, la capacité et le devoir de se faire beaucoup plus que maintenant le porte-parole des attentes profondes de la population, sans ligne de parti et sans frontière de comté ou de municipalité. C'est une question de choix, de choix politique de chacun et chacune de nous. La Communauté peut encore devenir une force politique incontournable auprès du gouvernement du Québec et assumer, au sein de la région, un solide leadership. Elle peut aussi se replier, se faire oublier et laisser à d'autres instances le soin d'imaginer, de proposer et de bâtir l'avenir.

Notre base fiscale municipale est l'évaluation foncière des propriétés privées, commerciales, industrielles, institutionnelles et gouvernementales. C'est une base qui est devenue en bien des aspects désuète et inefficace.

La situation d'ensemble du dossier de l'environnement urbain évolue rapidement et nous devrions, au cours des mois qui viennent, décider de ce que nous ferons pour ce qui est de l'enfouissement des déchets dans le cadre d'une politique harmonieuse et qui rejoindra les choix de la population. Mais nous devrons d'abord choisir nos voies d'action pour ce qui est des bassins de rétention et de la gestion intégrée des déchets. Toutes ces questions et d'autres découlent d'une prise de conscience plus nette des citoyens, et en particulier des jeunes, quant à la protection et à la mise en valeur de leur environnement immédiat.

La Communauté urbaine de Québec, nous le savons tous, est une organisation fragile et c'est une structure ambiguë et hybride. Mais cette communauté nous donne, d'un autre côté, l'occasion unique de développer plus que nous l'avons fait jusqu'ici, autour de projets moteurs ou face à des défis majeurs, une véritable pensée politique régionale et une solidarité sans lesquelles nos villes, à terme, n'iront nulle part et feront du surplace.

Si nous sommes trop nombreux, conseillers et maires, pour gérer un incinérateur et deux usines d'épuration des eaux, nous sommes bien peu, en revanche, pour faire face aux années de turbulence politique, dans lesquelles nous entrons et où la gestion des affaires dites «locales» ne fait que commencer à être remise en question.

Je continue de croire que la communauté urbaine a non seulement un avenir, mais qu'elle pourrait avoir un rôle exceptionnel à jouer si elle accepte d'être une véritable communauté politique où s'exprime la diversité normale des opinions à la recherche de l'intérêt commun. Elle deviendra vite reconnue comme une source incontournable de propositions et de solutions pour améliorer l'avenir. Dans le cas contraire, elle sera plus vulnérable que jamais et l'analyse de ses bilans, par ceux qui sont tentés par des solutions plus radicales.

Jean-Paul L'Allier, Chef du Rassemblement populaire, 27 octobre 1997

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer