Le grand rêve du Petit Champlain: tranche de ville

La réalisatrice Isabelle de Blois a fait son documentaire... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

La réalisatrice Isabelle de Blois a fait son documentaire pour la mémoire populaire.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À 21h samedi, le documentaire Le grand rêve du Petit Champlain sera diffusé à la télé d'ICI Radio-Canada Québec. Quarante-deux minutes sur l'histoire méconnue de la revitalisation de la plus vieille artère commerciale en Amérique du Nord, aujourd'hui réputée pour sa beauté.

Dire qu'à une certaine époque, l'État prévoyait démolir la rue du Petit-Champlain pour en faire un stationnement qui accueillerait les visiteurs de la place Royale, restaurée à grands frais à côté. La réalisatrice Isabelle de Blois n'en revient toujours pas. Elle a déterré cette information au fil de ses recherches et des témoignages qu'elle a immortalisés avec sa caméra.

Son documentaire, elle l'a fait pour la mémoire populaire. «Il y a deux gars qui ont mis leurs coeurs et leurs tripes sur la table pour aller au bout de leur rêve», disait-elle en entrevue cette semaine. Elle parle ici de son père, l'architecte Jacques de Blois, et de l'homme d'affaires Gerry Paris, deux amis et complices par qui tout est arrivé.

Le Soleil a raconté leur histoire dans un dossier l'été dernier. Rappelons ici les grandes lignes. Ce quartier qui avait accueilli commerçants, marins et immigrants était devenu l'ombre de lui-même quand les deux visionnaires ont acheté un premier îlot de bâtiments en 1976 et décidé de jouer aux urbanistes. 

Ceux qui y ont travaillé se rappellent l'état de délabrement des lieux et les étages de fientes de pigeons à pelleter. Il fallait nettoyer, reconditionner les bâtiments, les rendre conformes aux normes de sécurité, raconte Jacques de Blois devant la caméra.

S'il est décédé en 2008 et son complice, l'année précédente, Isabelle de Blois avait recueilli leurs souvenirs au moment où son père écrivait un livre sur leur aventure, Le rêve du Petit Champlain, édité chez Septentrion et toujours offert en librairie.

Le documentaire survient près de 10 ans plus tard. Avec du recul, dira la réalisatrice qui l'a mis sur la glace, jusqu'à ce que la productrice Pauline Voisard des Productions Triangle la pousse vers l'avant. 

Le tableau, entre le fleuve et le Château Frontenac, prend vie grâce aux témoignages de gens qui ont vécu la transformation de près. Les deux visionnaires et leurs épouses. Des artisans comme Loulou Germain, joaillière, qui a soufflé l'idée de créer une rue d'artistes comme à New York, «un petit SoHo québécois». On entend aussi sa fille Iris Germain, «princesse du quartier» à l'époque, devenue guide touristique. 

On comprend la force du duo derrière cette initiative privée, portée par un mouvement citoyen. Juan Hernandez, artisan du cuir et commerçant des tous débuts, dépeint Gerry Paris comme le cow-boy des pubs de Malboro, avec sa moustache, son chapeau, son caractère. Provocant, beau gars, très sûr de lui, un peu baveux avec les fonctionnaires, renchérit Denis Vaugeois, ancien ministre des Affaires culturelles, historien et éditeur.

Complémentaire, Jacques de Blois était cet artiste bohême qui déambulait à la fin de la journée avec son gin tonique. Il avait une main, une plume, un don inné du dessin, poursuit Marcel Junius, urbaniste et architecte, ex-directeur général du patrimoine et ancien président de la Commission des biens culturels du Québec. «Jacques était avant nous. Il voyait avant nous.» 

À l'écran, Isabelle de Blois a intégré les dessins de son père. Elle en a animé quelques-uns, coloré d'autres, comme Jacques et Gerry ont fait avec le Petit Champlain. «C'est ce qu'ils ont voulu, apporter de la lumière et de la vie au quartier.»

Gerry Paris et Jacques de Blois... (Courtoisie) - image 2.0

Agrandir

Gerry Paris et Jacques de Blois

Courtoisie

Sous nos yeux, des photos d'archives défilent comme des diapos. La décrépitude des lieux, puis les chantiers, le recyclage des bâtiments avec les moyens du bord, les pique-niques collectifs, les enfants dehors, les maisons fleuries et aimées par les artisans qui étaient aussi habitants. Un écoquartier bien avant l'heure, analyse l'architecte Marie-Chantal Croft. 

Aux premières loges

Isabelle de Blois, alors adolescente et jeune adulte, était aux premières loges à vivre dans cet environnement, à travailler et à donner un coup de main ici et là. En marge de son documentaire, elle parle d'une période «extrêmement déterminante» dans sa vie à côtoyer ces artistes ouverts, indépendants, autonomes, libres. Celle qui a étudié en arts visuels, avant de se tourner vers la photo professionnelle et le cinéma, n'a jamais pu travailler dans un «cadre».

Une fille qui rend hommage au projet de son père, comment ne pas être biaisée? «C'est ma vision du quartier», reconnaît-elle en sachant qu'il y en a plein d'autres. «Je ne voulais pas être acrimonieuse. Je ne voulais pas juger les gens à l'époque. Je pense que le recul du temps m'a aidée à mieux mettre les choses en perspective.» D'où l'importance pour elle d'avoir différents récits, et pas seulement ceux de sa famille.

Sont abordés les embûches, les revers. Parmi les faits divers, il y a eu cette manifestation sur le boulevard Champlain qui a conduit à une trentaine d'arrestations. Les artisans et les commerçants du coin voulaient pouvoir jouir d'un trottoir assez large pour installer une terrasse.

Une fois la revitalisation achevée, et la santé des deux compères devenue très précaire, la vente de l'ensemble immobilier ne s'est pas faite sans heurts. Les Américains lorgnaient la pancarte À vendre de cet îlot plein de vie. Qu'allait devenir le patrimoine? Les principes l'ont emporté sur les finances. Le secteur est finalement passé aux mains de la Coopérative des artisans du Quartier Petit Champlain.

Ce portrait, visionné en primeur, est profondément humain. Isabelle de Blois, derrière la série sur l'architecture Au-delà des murs diffusée en 2012, revient cette fois avec un sujet plus personnel, plus introspectif. Elle sert un bon dosage d'archives, d'anecdotes et d'images actuelles de la rue mythique du Petit-Champlain qu'elle a amoureusement filmée avec ses fleurs, ses auvents, son atmosphère l'été, ses touristes. Le tout bien rythmé par la narration de Danielle Proulx et la musique de Lévy Bourbonnais.

Une tranche de ville à voir absolument.

Le grand rêve du Petit Champlain, samedi à 21h, à la télé d'ICI Radio-Canada Québec

Capsules supplémentaires sur la page Facebook Ici Québec

Film accessible pour une durée limitée sur le site ici.radio-canada.ca

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer