Le Parchemin du Roy déménage sur Cartier

Ce livre enluminé a été écrit dans le... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Ce livre enluminé a été écrit dans le style celtique insulaire sur du parchemin de chevreau. «La manipulation du livre renforce la reliure», mentionne Myrian Chesseboeuf, l'auteure de ce fabuleux manuscrit.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il existe des plumes si belles, si précieuses et si chères que leurs propriétaires ne s'en servent que pour décorer leur bureau.

La boutique Le Parchemin du Roy vend rarement ce genre «d'instruments d'écriture». Mais ses propriétaires, Myriam et Michel Chesseboeuf, se targuent d'influencer «le rapport des gens de Québec à l'écriture».

Leur commerce était installé rue Crémazie, dans le quartier Montcalm, depuis décembre 2009. Le 5 mars, le couple a déménagé à moins d'un kilomètre de là, au 1149, avenue Cartier, dans le local de l'ancien magasin de disques Sillons.

«On fait survivre notre rêve», confie Myriam, l'âme du lieu, qui partage avec ses clients son amour pour la calligraphie et l'enluminure. Ce sont des métiers vieux comme le monde, qui allient l'histoire et le dessin, qu'elle pratique et enseigne dans l'atelier aménagé au fond de la boutique.

En ce radieux mardi matin de mars, il fallait voir les gens aller et venir dans ce nouveau commerce de l'avenue Cartier. «Ils ont eu peur qu'on ferme, observe-t-elle. On a eu droit à des déclarations affectives incroyables.»

Ils viennent bien sûr pour acheter des plumes, de l'encre et des stylos, du beau papier, des livres blancs, des globes terrestres, des cartes dessinées par Myriam. Mais ils viennent aussi pour l'accueil et la générosité que ce couple originaire de Poitiers, en France, offre à chaque personne franchissant le seuil du Parchemin du Roy.

Déménagement bénéfique

Ce déménagement sera bénéfique, ils en sont certains. Ils voient déjà que les touristes et les passants s'ajoutent à leur «clientèle de destination». Samedi et dimanche derniers, quelque 200 personnes sont entrées chaque jour. «C'est fabuleux», se réjouit Myriam, qui se félicite aussi de créer des emplois. Son mari est un membre actif de la Société de développement commercial du quartier Montcalm.

La journée officielle d'inauguration n'a pas encore été fixée. Le couple attend son enseigne. Pour l'occasion, «fin mars, début avril», Myriam exposera ses enluminures encadrées sur le thème de la botanique.

Peut-être exhibera-t-elle le manuscrit qu'elle a elle-même enluminé, calligraphié et relié et qui lui a valu son bac professionnel d'enlumineuse, obtenu dans un institut privé d'Angers, en France. Il raconte l'histoire d'un moine irlandais nommé Ronan.

C'est un document prodigieux propre à susciter l'envie d'écrire et de dessiner. Nul besoin d'une plume à 1000 $ pour se convertir à la lenteur du geste d'écrire. Michel Chesseboeuf en a qui valent 15 $. «On a aussi des bons produits québécois», mentionne-t-il. Ils ont de beaux boîtiers de bois et chacun a son histoire à raconter.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer