La Maison Otis de Baie-Saint-Paul est à vendre

Au fil des décennies, l'auberge La Maison Otis... (Fournie par Profusion Immobilier)

Agrandir

Au fil des décennies, l'auberge La Maison Otis a hébergé des personnalités comme Angelina Jolie, John Travolta, Pierre Elliott Trudeau, Jean Charest et Jacques Parizeau.

Fournie par Profusion Immobilier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après avoir donné 36 ans de son temps à l'auberge La Maison Otis de Baie-Saint-Paul, le propriétaire Michel Villeneuve est prêt à prendre sa retraite et à vendre. «J'ai 67 ans, mais dans l'hôtellerie, c'est comme si j'en avais 126. Nous, on commence à 5h le matin et on finit à 11h le soir, sept jours par semaine.»

La Maison Otis a été bâtie en 1836.... (Fournie par Profusion Immobilier) - image 1.0

Agrandir

La Maison Otis a été bâtie en 1836. Elle a conservé le cachet de ses vieilles pierres.

Fournie par Profusion Immobilier

Depuis environ une semaine, les quatre pavillons de La Maison Otis, qui abritent l'auberge, le Café des Artistes, le pavillon Danais et le Musée Chocolaterie dans la rue touristique Saint-Jean-Baptiste, sont à vendre. Deux lots totalisant 3279,8 mètres carrés, que l'agence Profusion Immobilier/Christie's International Real Estate propose au prix de 3,145 millions $ plus taxes.

«Il faut donner la relève à d'autres. Nous, on n'a pas d'enfant, seulement un chien, la mascotte de la maison qui est directrice de l'accueil, mais pas très bonne en comptabilité», lance M. Villeneuve en riant.

S'il ne semble pas amer en entrevue téléphonique, il reconnaît être fatigué. «J'ai été malade, j'ai dû m'arrêter pendant trois mois», dit-il en ajoutant avoir eu besoin d'un moment de réflexion l'an dernier.

M. Villeneuve s'est départi du Café des Artistes, qu'il a sous-loué à d'ex-employés.

Un peu plus tôt, il avait aussi cédé un cinquième pavillon, la maison Gobeil, soit l'ancien hôtel de ville, aux Immeubles Charlevoix. «Je trouvais que ça créait quelque chose d'intéressant au centre-ville.»

Car sa priorité est là pour les futurs acquéreurs de La Maison Otis. «Il faut que ça soit une continuité avec l'amélioration du centre--ville de Baie-Saint-Paul.» Pas obligatoirement une auberge dans la maison de pierres bâtie en 1836. Mais quelque chose d'authentique, avec du cachet, insiste celui qui dit se garder un certain droit de regard.

Pavillon Danais

L'homme très impliqué dans sa communauté verrait bien le pavillon Danais servir de vitrine pour regrouper les produits certifiés terroir Charlevoix. «Quand les touristes des bateaux de croisière de Québec débarquent à huit autobus au centre-ville de Baie-Saint-Paul, il faut leur donner la possibilité de trouver rapidement les produits locaux. Tout le monde n'a pas un itinéraire de deux semaines de vacances.»

Contrairement à l'auberge La Maison Otis, au Café des Artistes et au Musée Chocolaterie qui poursuivent leurs activités, le pavillon Danais n'est pas occupé présentement. «Le bail est terminé, le locataire a quitté, et le spa n'est plus ouvert», indique Guillaume L'Ecuyer, courtier immobilier de l'agence Profusion Immobilier/Christie's International Real Estate chargé du dossier.

Selon lui, le nouvel acquéreur pourrait créer des condos, en faisant les vérifications nécessaires auprès de la Ville de Baie-Saint-Paul. «Selon nous, c'est l'usage optimal, étant donné le caractère touristique de la région et la grande demande de condos locatifs.»

M. L'Ecuyer parle aussi de faire des bureaux. «Il y a un hôpital derrière qui se construit. Donc, il va y avoir une demande en services de proximité, une pharmacie, etc. Donc, plein de possibilités.»

Le courtier rappelle que c'est sur le site du pavillon Danais que les Échassiers de Baie-Saint-Paul, dont Guy Laliberté, se produisaient avant de devenir le Cirque du Soleil. Si la maison principale, qui accueille l'auberge, a été construite au XIXe siècle, les autres bâtiments sont plus récents, le pavillon Danais datant des années 80.

Globalement, le courtier mentionne qu'il n'y a pas eu de rénovations d'envergure, mais que «ce sont des édifices qui ont été très bien maintenus» et qui «ne devraient pas demander d'investissements majeurs dans les prochaines années».

Depuis que le complexe est en vente il y a une semaine, M.L'Ecuyer affirme avoir déjà eu une demande de visite. «J'ai même de l'intérêt de gens de Montréal.»

En plein coeur du centre-ville, les 3300 mètres carrés de terrain ont aussi une valeur sentimentale, constate le courtier qui a reçu beaucoup de commentaires des gens de la région. Ces édifices ne sont pas patrimoniaux sur papier, mais comptent dans le coeur de la population. Ils ont aussi une incidence, dit-il, sur les commerces afférents.

«L'acquéreur qui va mettre la main sur ces terrains-là aura un devoir, une responsabilité auprès de la communauté.»

La fiche d'inscription annonce un projet «monumental», perché... (Fournie par Alexandre Guilbeault) - image 2.0

Agrandir

La fiche d'inscription annonce un projet «monumental», perché sur un promontoire à plus de 500 mètres du fleuve. 

Fournie par Alexandre Guilbeault

Vue de l'intérieur. L'espace habitable est de 377,1... (Fournie par Alexandre Guilbeault) - image 2.1

Agrandir

Vue de l'intérieur. L'espace habitable est de 377,1 mètres carrés.

Fournie par Alexandre Guilbeault

Trois étages de contemplation pour 3 millions $

L'an dernier, Le Soleil avait présenté dans ses pages cette demeure contemporaine située à Petite-Rivière-Saint-François. Sa vente au coût de 3 millions $ a été confiée à Guillaume L'Ecuyer, courtier immobilier de l'agence Profusion Immobilier/Christie's International Real Estate.

«C'est présentement un des plus beaux mandats sur le marché de la capitale nationale. Elle a été sur le marché à 3,5 millions $. Moi, je l'ai reprise à expiration à 3 millions $, qui est selon moi un prix juste.» 

L'évaluation municipale du bâtiment et du terrain s'élève à 973 300 $, peut-on voir sur la fiche descriptive.

Conçue par la firme de Québec Bourgeois Lechasseur architectes, la maison a été lauréate d'un prix Nobilis 2014 et a figuré dans le magazine d'architecture Wallpaper. Puis elle vient d'être publiée dans l'édition américaine de décembre 2015 d'Architectural Digest. «Un privilège rarissime pour une propriété canadienne», souligne M. L'Ecuyer, qui dit avoir reçu des demandes de visites depuis cette prestigieuse parution. 

«Avec la force du dollar américain, nous constatons un intérêt marqué pour les propriétés haut de gamme principalement dans les secteurs touristiques», analyse le courtier.

La maison comprend notamment trois chambres et deux salles de bain, dans un espace habitable de 377,1 mètres carrés.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer