Les villas nées des croisières

La maison de vacances de Robert Tremblay et...

Agrandir

La maison de vacances de Robert Tremblay et de sa femme, installée dans le quartier francophone, daterait de 1884. Avant qu'ils en prennent possession, elle avait été aménagée pour en faire un restaurant dont le nom était L'Émeraude. D'où sa belle couleur verte.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'entrepreneur forestier William Price a attiré bien du monde à Tadoussac. Les riches anglophones canadiens et américains y venaient par affaires, pour visiter les scieries. Puis ils joignaient l'utile à l'agréable, en pêchant le saumon et en chassant. Toute cette affluence a pris de l'ampleur dans les années 1860 avec les bateaux à vapeur de la Richelieu & Ontario Navigation Company, puis de la Canada Steamship Lines. Une fois l'école terminée, on embarquait les femmes, les enfants et les nounous dans les fameux bateaux blancs pour qu'eux aussi viennent respirer le bon air. Ainsi se sont construites les belles maisons d'été de Tadoussac, pour accueillir les familles de la haute. Au nom de Price, bien d'autres se sont ajoutés. Les Hovington, les Bailey, les O'Neil, les More­wood... Que reste-t-il de cette époque? Le Soleil a remonté la route 138 il y a 10 jours, pour constater qu'on se bat pour sauvegarder ces maisons usées par l'eau salée.

Une invitation de la maison émeraude

C'est Robert Tremblay, un citoyen de Québec natif de Tadoussac et amoureux de patrimoine, qui a incité Le Soleil à remonter la route 138. Lui-même a restauré avec beaucoup d'amour sa maison de vacances là-bas, peinte d'un beau vert émeraude.

Il a mis deux étés et demi à refaire de ses mains la toiture en bardeau de cèdre. «La municipalité s'est dépêchée d'approuver avant que je change d'idée.» Il se désole qu'elle grisonne déjà un peu, sans doute en raison de l'air salin.

Dans cette apaisante maison d'été, toute la décoration... (Alexandra Perron, collaboration spéciale) - image 2.0

Agrandir

Dans cette apaisante maison d'été, toute la décoration évoque l'eau.

Alexandra Perron, collaboration spéciale

Sur papier, cette demeure remonte à 1900. Mais M. Tremblay a trouvé dans les murs un vieux journal de 1884. Depuis 10 ans, il retape cette maison, qui est en fait deux maisons collées «comme ça se faisait beaucoup dans le coin».

Il a terminé l'intérieur avec des planches de pin travaillées à la toupie, vernies par sa tante qui habite à peine plus bas. Dans la salle de bain, pas question de mettre des murs de gypse; il a opté pour des planches. Il a fait faire des fenêtres à battants de style traditionnel par Menuiserie Delisle à Québec. Quant aux portes anciennes, elles étaient entreposées dans la remise.

Dans cette apaisante maison d'été, toute la décoration évoque l'eau.

Construite en 1873, la maison Fletcher est de... (Alexandra Perron, collaboration spéciale) - image 3.0

Agrandir

Construite en 1873, la maison Fletcher est de type architectural Shingle, un style repris de la côte est américaine. On peut l'admirer au 151, rue Bord-de-l'Eau.

Alexandra Perron, collaboration spéciale

La maison Fletcher

Qui était Fletcher? Rien de moins que le secrétaire militaire du gouverneur général du Canada, Lord Dufferin. En 1873, en bordure de fleuve à Tadoussac, le colonel Fletcher fit construire une maison de style Shingle, typique des demeures en bardeau de la côte est américaine.

Ce bâtiment, à l'origine de plus petite dimension qu'aujourd'hui, a été vendu à la famille Price en 1878. La maison centrale a alors été agrandie de part et d'autre.

En 1977, l'homme de théâtre Bill Glassco l'a rachetée pour y venir en été avec ses trois enfants. Ce sont eux qui gèrent la maison depuis la mort de leur père en 2004.

Bill Glassco a fait de sa villa de Tadoussac une résidence pour auteurs dramatiques et traducteurs (on peut y coucher jusqu'à 25 personnes). Chaque automne depuis bientôt 11 ans, elle devient un lieu d'inspiration et d'écriture. Il suffit de regarder par les fenêtres pour en effet se laisser porter par la vague.

La maison Hovington, une pionnière de 1865, est... (Alexandra Perron, collaboration spéciale) - image 4.0

Agrandir

La maison Hovington, une pionnière de 1865, est de type architectural néo-gothique alors que la galerie est une variante du style néo-Queen Anne.

Alexandra Perron, collaboration spéciale

La maison Hovington

En 2015, six maisons vont fêter leur 150e anniversaire à Tadoussac. On les appelle les six pionnières, justement sises rue des Pionniers (à l'origine rue Elgin en l'honneur du gouverneur général du Canada de l'époque).

La maison Hovington fait partie de ces vieilles dames respectables. Paulin Hovington et sa femme Lise y tiennent aujourd'hui un gîte du passant. Monsieur y est né avec ses neuf frères et soeurs. Il a reçu cette demeure en héritage de sa mère et se fait un point d'honneur de la fleurir et de la conserver.

Au salon, le manteau de la cheminée a été sculpté par Gaétan Hovington et rend hommage aux caboteurs de la famille, l'ancêtre Joseph Malcolm et sa lignée qui ont navigué sur le fleuve.

«Joseph Malcolm était l'intermédiaire entre les Price et les fran­­co­phones. Il était marié à une fille de la Beauce», rapporte Paulin Hovington. Les livres parlent en effet d'une famille bien intégrée aux Canadiens français.

La salle à manger «rose Kennedy»... (Alexandra Perron, collaboration spéciale) - image 5.0

Agrandir

La salle à manger «rose Kennedy»

Alexandra Perron, collaboration spéciale

Si les anglophones ne peignaient jamais l'intérieur de leur maison, laissée sur le pin rouge, la mère de M. Hovington, qui vivait ici à l'année, voyait les choses autrement. «Elle trouvait la maison sombre en hiver et l'a donc peinte en pastel dans les années 40. Elle disait que c'était le rose Kennedy.»

Depuis, rien n'a trop changé dans cette demeure. «On essaie de la garder la plus authentique possible.» La grande majorité des vitres, faites au sable, sont d'origine. M. Hovington compte 840 carreaux. «Disons qu'on éloigne les petits garçons qui jouent à la balle», lance-t-il en riant.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Le quartier anglophone de Tadoussac

    Patrimoine

    Le quartier anglophone de Tadoussac

    Non loin de l'Hôtel Tadoussac et de la petite chapelle, entre la plage et le haut de la falaise, la maison de Lord Dufferin témoigne d'un passé... »

  • Un patrimoine à sauvegarder

    Patrimoine

    Un patrimoine à sauvegarder

    Elle est une grande défenderesse des portes et des fenêtres anciennes. Et ne lui parlez pas de bardeau d'asphalte, un matériau qui arrache au vent. »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer