Le Campus Notre-Dame-de-Foy classé monument historique?

Jean-Marie Roy a hérité de la coordination des... (Photo tirée du livre Jean-Marie Roy architecte)

Agrandir

Jean-Marie Roy a hérité de la coordination des deux campus intercommunautaires de Saint-Augustin, dont il a conçu sept bâtiments. Sur la photo, le campus de l'école normale Notre-Dame-de-Foy et ses résidences construites en hauteur, 1965. -

Photo tirée du livre Jean-Marie Roy architecte

Partager

(Québec) Martin Dubois travaille comme consultant pour le Campus Notre-Dame-de-Foy. Il caresse l'idée de faire classer monument historique le bâtiment d'enseignement et les cinq résidences autour. «L'étude a été faite. Il reste à faire la demande de classement.»

Jean-Marie Roy n'avait pas 40 ans quand il s'est vu confier la coordination des campus intercommunautaires de Saint-Augustin, l'une des oeuvres les plus importantes de sa carrière. Il a été recommandé par l'architecte de renom Robert Blatter, qui s'est désisté du dossier, âgé et démotivé par la mort de son associé.

L'ensemble comprend l'école normale Notre-Dame-de-Foy et le Séminaire Saint-Augustin. Seize communautés religieuses s'étaient alors regroupées dans le projet.

«Il faut se remettre dans le contexte de l'époque [le début des années 60]. Le système d'éducation était en plein bouleversement. Il y avait l'arrivée de Jean Lesage, la commission Parent, la création du ministère de l'Éducation, des cégeps... Les communautés voyaient filer entre leurs doigts leur collège classique et leurs institutions. Elles se sont dit, en se regroupant : on a peut-être plus de chance de survie», explique Martin Dubois.

Elles ont fait construire en pleine campagne, sur des terres agricoles, des boisés et des vergers, des bâtiments d'une «incroyable modernité». Jean-Marie Roy a eu carte blanche. Les édifices en hauteur, sur pilotis, avec la plus petite empreinte possible au sol pour laisser place à la nature et améliorer la vie des gens s'inspirent des principes de la Charte d'Athènes, charte d'urbanisme de 1933 à laquelle Le Corbusier a participé.

«C'est un des premiers exemples où on avait enfoui les fils. Les stationnements étaient camouflés par des buttes. L'aménagement paysager était d'avant-garde.»

Aujourd'hui, les choses se sont dénaturées, déplore Martin Dubois. Si le Campus Notre-Dame-de-Foy, qui est encore une institution d'enseignement, a réussi à sauver les meubles, sur l'autre campus, «c'est la débandade». Des édifices ont été démolis, dont le pavillon de la Consolata pour lequel Jean-Marie Roy avait reçu un prix pancanadien. D'autres bâtiments ont changé de vocation. Des nouvelles tours d'habitation ont été construites.

«Mais la végétation a poussé, on sent encore l'esprit», se résout le consultant en patrimoine.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer