• Le Soleil > 
  • Maison > 
  • Mobilier 
  • > Produits de consommation: les inspecteurs de Santé Canada veillent au grain 

Produits de consommation: les inspecteurs de Santé Canada veillent au grain

Si un policier vous intercepte avec un siège... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Si un policier vous intercepte avec un siège inapproprié, il considérera que vous n'avez pas de siège.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Santé Canada surveille très attentivement les produits de consommation. Il suffit qu'une patte de chaise se dévisse puis qu'une personne tombe, pour que le meuble fasse l'objet d'un rappel sur son site.

Ainsi, dans l'onglet «rappels et avis de sécurité», apparaissent les chaises bistro Neely et Dahlia rappelées par Pier 1 Import. Il n'y a pas eu mort d'homme, loin de là... «En date du 7 mars 2017, un incident où la patte s'est dévissée ou est tombée, ce qui a entraîné la chute du consommateur, a été signalé  à l'entreprise au Canada», lit-on sur le site. Aux États-Unis, cinq incidents similaires se sont produits. Des ecchymoses et des abrasions causées par la chute ont été déclarées en quatre occasions. Au total, plus de 25 000 chaises Neely et Dahlia avaient été vendues entre janvier 2013 et juillet 2016.

«Le signalement est une source d'information importante pour Santé Canada», a expliqué Alexandre Nadeau, inspecteur pour le programme de sécurité des produits de consommation. «En sept jours, un inspecteur fera un suivi auprès du manufacturier ou de l'importateur.»

Sensibilisation

Une vingtaine d'inspecteurs de Santé Canada surveillent, au Québec, la conformité des produits de consommation. Ils vont en région pour faire de la sensibilisation dans les centres de la petite enfance, dans les cégeps, auprès des infirmières en périnatalité... Ils visitent les magasins de produits usagés pour repérer les objets interdits. Ils ont le pouvoir de les saisir ou de les faire retirer. Ils peuvent aussi demander à l'importateur d'en arrêter la vente et de faire des rappels.

Dans leur mire : les lits d'enfants, les marchettes, les sièges d'auto, les couvre-fenêtres à cordon, les casques de hockey, les produits électroniques et électriques.

En vertu d'une nouvelle réglementation, il est permis d'utiliser les marchettes et les lits à côté abaissable (pas en garderie cependant), mais il est interdit d'en acheter ou d'en donner.

Les sièges d'auto pour enfants ont une date d'expiration. Si un policier vous intercepte avec un siège inapproprié, il considérera que vous n'avez pas de siège. «Vous ne pourrez pas repartir en auto avec votre bébé», résume Alexandre Nadeau.

Les couvre-fenêtres à cordon causent un décès par année au Canada, mentionne-t-il. On parle ici de ceux avec un «dispositif de tension» qui forme une boucle et qui est accessible.

Les casques de hockey fabriqués il y a plus de cinq ans sont interdits. «Le plastique s'use, il casse au lieu d'absorber les chocs», explique M. Nadeau. Les accessoires pour téléphones cellulaires doivent avoir le sceau de certification UL ou CSA. Sinon, gare aux falsifications.

Information : goo.gl/wtqP72




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer