L'art est dans le canapé

Le designer David Gour a élaboré le mobilier... (MNBAQ, Idra Labrie)

Agrandir

Le designer David Gour a élaboré le mobilier du restaurant Tempéra en s'inspirant de sa chaise RR. C'est la chef en résidence Marie-Chantal Lepage qui a choisi le noyer pour sa couleur ambrée, en écho au grand cube doré qu'on aperçoit du restaurant.

MNBAQ, Idra Labrie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Isabelle Houde</p>

(Québec) Le nouveau pavillon Pierre Lassonde du Musée national des beaux-arts du Québec a été encensé pour son architecture audacieuse, son grand escalier monumental, son impressionnant hall de verre. Pendant que les grues et les marteaux s'affairaient sur la coquille, en coulisse, toute une équipe travaillait sur... le choix des canapés! «Tout à l'intérieur était à faire», raconte Maud Benech, architecte et coordonnatrice à l'agrandissement du Musée. Il lui a fallu plus de deux ans pour mettre la main, principalement au Québec, sur les morceaux parfaits permettant de lier l'architecture du bâtiment et son design intérieur. Le Soleil a exploré avec elle les différents éléments qui font du nouveau pavillon une vitrine pour le design québécois.

Touches de couleur

Le modèle de canapé retenu pour l'ensemble des... (MNBAQ, Idra Labrie) - image 2.0

Agrandir

Le modèle de canapé retenu pour l'ensemble des aires de repos arbore différentes teintes selon l'endroit. Ici, c'est un bleu canard en résonance avec le ciel et la lumière, dans l'espace nord Joan et Louis Paquet.

MNBAQ, Idra Labrie

Ce sont peut-être eux qu'on remarque le plus, avant de s'y arrêter pour prendre une pause: les canapés colorés de My et Thien Ta Trung.

Ils se déclinent en différentes couleurs, selon l'étage et l'environnement où ils se trouvent. Leurs formes anguleuses, en zigzag, offrent une «multiplicité de postures», note Maud Benech.

«On voulait que tout le monde soit à l'aise, autant les personnes âgées que les familles, on voulait que les gens puissent se réunir autour des canapés pour favoriser les échanges.» Les assises rembourrées illustrent aussi, selon l'architecte, l'importance du dialogue entre l'architecture et le design.

«Ça met de la vie. Les grandes lignes franches du bâtiment, le verre, l'acier et le béton sont plutôt froids, c'est pour ça que je me suis permis d'utiliser de la couleur. C'est plus féminin, plus doux. C'est chaleureux et enveloppant», explique-t-elle.

Par opposition, les lignes du mobilier de l'auditorium, un endroit plutôt institutionnel, sont plus sobres et droites.

Planche par planche

L'espace de la librairie-boutique est entièrement revêtu de... (MNBAQ, Idra Labrie) - image 4.0

Agrandir

L'espace de la librairie-boutique est entièrement revêtu de panneaux de pin blond déroulé, un important défi sur les murs courbés.

MNBAQ, Idra Labrie

Au coeur du verre, de l'acier et du béton du pavillon Lassonde, un écrin tout spécial a été réservé pour la boutique-librairie. «Avec la présence de ce grand mur courbe tout en bois, on est allés chercher quelque chose de brut, pour créer un accent par rapport au reste du bâtiment plus raffiné», raconte Maud Benech.

Et derrière ce travail d'assemblage minutieux de pin blond déroulé se cache une entreprise de la région, Ébénisterie architecturale René Daigle, établie à Saint-Augustin-de-Desmaures. «Il y a eu un grand soin dans la sélection des panneaux pour qu'il y ait une belle continuité dans la longueur et la courbe», ajoute Mme Benech.

Une aiguille dans une botte de foin

La chaise RR du designer David Gour a... (Fournie par David Gour) - image 6.0

Agrandir

La chaise RR du designer David Gour a été choisie pour sa diagonale et ses assemblages de bois apparents, qui lui confèrent un aspect simple et délicat.

Fournie par David Gour

Les besoins en chaises dans le nouveau pavillon étaient multiples: restaurants, chaises de gardien, aires de repos... Et pourtant, trouver LE bon modèle était comme chercher une aiguille dans une botte de foin, illustre Maud Benech.

Son aiguille, c'est finalement la chaise RR, trouvée parmi les modèles du designer David Gour. «Je la voyais d'abord très bien comme une chaise de gardien», raconte la responsable du design. Son look «raffiné mais sobre» et ses lignes obliques rappelaient bien les éléments de triangulation de la structure d'acier du bâtiment. «David Gour a travaillé avec nous pour décliner cette chaise dans une gamme de mobilier pour les différents espaces du pavillon», ajoute Mme Benech.

Cette gamme est à l'honneur dans l'espace du restaurant Tempera. Ce sont les ébénistes de l'Atelier LABOUTIQUE, de Montréal, qui ont réalisé l'ensemble.

Un travail d'équipe

Quand elle a été engagée pour coordonner différents dossiers dans l'agrandissement du Musée, Maud Benech est devenue une sorte de pivot entre l'administration du musée et le consortium d'architectes OMA et Provencher_Roy. «Travailler avec OMA, c'était très impressionnant. On se rend compte de la grande quantité d'heures qu'ils passent à vraiment réfléchir à l'espace», raconte l'architecte.

Avec toute la vision d'OMA en tête, il fallait arriver avec quelque chose d'audacieux, «une signature» dans le mobilier et la signalisation, pense Maud Benech. De l'autre côté, le Musée avait déjà la vision claire de faire de ce pavillon une vitrine pour l'art québécois, et ce, jusque dans son design intérieur. «Il fallait trouver ce qui était significatif, apporter des touches, mais ne pas en faire trop non plus», poursuit-elle. Un vrai travail d'équilibriste, en somme, et un défi qui lui a vraiment plu.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer