Une nouvelle enseigne pour Meubles Génina

Mathieu Giroux et Patrick Moisan sont amis depuis... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Mathieu Giroux et Patrick Moisan sont amis depuis l'enfance.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Grâce à sa façade rénovée et à son enseigne rajeunie, le magasin Meubles Genina, dans le quartier Saint-Roch, à Québec, ne rebute plus les passants, a constaté Patrick Moisan, l'un des deux copropriétaires.

L'enseigne orange de ce magasin de meubles usagés était visible d'une extrémité à l'autre de la rue Saint-Joseph. Elle attirait les marcheurs, qui stoppaient devant la porte, hésitaient et, trop souvent, tournaient les talons tellement le commerce était délabré. «Les fenêtres tenaient quasiment avec du tape», raconte Patrick.

Le jeune homme était certain qu'une nouvelle enseigne ferait tripler sa clientèle. En 2013, il a demandé une subvention à la Ville de Québec et a obtenu 75 000 $ pour la rénovation de la façade de l'édifice situé au 175, rue Saint-Joseph Est. Il souhaitait aussi changer l'enseigne.

«Ç'a été toute une histoire!»

La Ville ne permet plus l'installation d'enseignes si grosses. Cependant, Patrick Moisan et son associé, Mathieu Giroux, étaient autorisés à la restaurer à la condition de ne pas la détacher du mur. Le panneau, en outre, devait avoir été installé avant 1972. «Sur une photo de 1954, on voit que l'enseigne était déjà là», assure Patrick.

Il a utilisé son compte Facebook pour suggérer divers modèles. Ses «amis» ont opté en majorité pour celle que l'entreprise Têtu Affichage a finalement restaurée au début de l'été. «Avec une échelle», précise-t-il.

Maintenant que la façade a été rénovée, les... (Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 2.0

Agrandir

Maintenant que la façade a été rénovée, les propriétaires de Meubles Genina envisagent de retaper l'intérieur de leur commerce, mais pas avant plusieurs mois.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Les travaux ont coûté 160 000 $, y compris les honoraires de l'architecte Laurie Gosselin. Des panneaux de fibrociment et d'aluminium gris, bruns et noirs apportent à l'immeuble une touche moderne et sobre. Les quatre fenêtres des étages supérieurs et les deux vitrines du rez-de-chaussée et du premier étage ont été changées. 

Patrick et Mathieu ne reçoivent que de bons commentaires. «Et les madames entrent, maintenant que c'est rénové», se réjouit Patrick.

Ensuite? «On attaque le dedans», lâche-t-il en montrant les tapis usés à la corde et les murs défraîchis.

Roland, l'oncle bienveillant

Patrick Moisan et Mathieu Giroux se sont connus sur les bancs de l'école primaire Sacré-Coeur, dans la basse ville de Québec. «On est devenus des hommes grâce à Roland», confie Patrick.

Roland Giroux, le fondateur de Meubles Genina, et... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 4.0

Agrandir

Roland Giroux, le fondateur de Meubles Genina, et Patrick Moisan, l'un des deux copropriétaires.

Le Soleil, Yan Doublet

Roland Giroux, 73 ans, est l'oncle de Mathieu. «Soixante-treize, c'est le nombre d'heures qu'il travaille par semaine», badine Patrick, qui a connu Roland en travaillant pour lui avec Mathieu, pendant l'adolescence. 

L'homme possédait déjà son commerce de meubles usagés avec son frère Michel. Ils l'ont vendu à Mathieu et Patrick il y a quelques années, mais Roland y passe encore plusieurs heures chaque jour.

Pendant que sa femme «écoute ses programmes» à la maison, le retraité donne un coup de main à ses «neveux», guide ses clients et leur pique une jasette. 

Les deux «chums» de 36 ans se complètent : Mathieu, c'est le «taponneux» qui répare et assemble les meubles, alors que Patrick est le «comptable» de l'entreprise. Grands et baraqués, ils passent le plus clair de leur temps à déménager du mobilier. 

«On avait la grandeur et la shape pour mal virer», analyse Patrick, qui a grandi dans Sacré-Coeur, une paroisse annexée au quartier Saint-Sauveur qui avait mauvaise réputation. 

Tous deux papas

Aujourd'hui, ils sont tous les deux papas de jeunes enfants et ils travaillent fort. Le soir, Patrick se met sur son ordinateur à la recherche d'appareils électroménagers usagers qu'il revendra chez Genina. Le matin, Mathieu et lui commencent parfois leurs livraisons à 7h, histoire d'arriver chez leurs clients avant qu'ils partent au travail.

Les électroménagers usagers font partie des gros vendeurs... (Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 5.0

Agrandir

Les électroménagers usagers font partie des gros vendeurs du magasin.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Le mobilier usager se porte bien, constate-t-il. Les gens sont friands de meubles en bois. Et la folie du DIY (Do It Yourself) les incite de plus en plus à «reniper» des vieux meubles.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer