Constructions Ensemble: le temps de passer le flambeau

Paul-Yvon Blanchette (à l'avant à l'extrême gauche), le... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Paul-Yvon Blanchette (à l'avant à l'extrême gauche), le plus vieil employé de la Coopérative de travail de Québec Constructions Ensemble, prendra sa retraite à l'été. Il laissera  les destinées de l'entreprise à Guillaume Audet (accroupi), Simon Gosselin (assis), Camille Boutin, Anik Roy, François Albert (dans l'escabeau de gauche), Yohann Poitras, Pierre-Yves Rancourt (dans l'escabeau de droite) et Cristallen Eugène (appuyé sur le comptoir).

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La coopérative de travail de Québec les Constructions Ensemble célèbre ses 30 ans ce mois-ci. Le plus ancien de ses membres, Paul-Yvon Blanchette, prendra sa retraite cet été en laissant à ses jeunes collègues le défi d'assurer la passation «de façon active et puissante».

C'était vraiment sympathique de rencontrer ces menuisiers réunis autour de Paul-Yvon. Le doyen souhaitait qu'ils s'expriment tous ensemble sur la coopérative et sur les changements que son départ entraînera.

En février 1986, elle avait été créée pour les chantiers de rénovation des coops d'habitation que pilotait l'organisme Action-Habitation. Très vite, il y eut des conflits, glisse Paul-Yvon. Les employés de bureau et les «gars de chantier» ont eu du mal à s'entendre. 

«Constructions Ensemble a connu un départ long, périlleux et pénible avant de connaître le succès», a écrit Paul-Yvon dans son courriel de présentation. Les 12 dernières années ont été les meilleures, soutient-il. Notamment grâce à l'arrivée des menuisiers de la «deuxième génération» qui ont pris l'entreprise en main. 

Ils étaient tous là, mardi matin, dans «l'ancien garage de Gaétan Moto», coin Franklin et de l'Aqueduc, dans le quartier Saint-Sauveur : Yohann Poitras, le président, membre de la coopérative depuis 12 ans; les quatre vice-présidents, Pierre-Yves Rancourt, Simon Gosselin, Guillaume Audet et François Albert; le secrétaire Cristallen Eugène; et Paul-Yvon Blanchette, le trésorier. 

Les premières femmes

Dans les bureaux, Camille Boutin (administratrice) et Anik Roy (estimatrice) deviendront les deux premières femmes membres régulières de Constructions Ensemble, en 2016 et en 2017, au terme du processus de 18 mois de travail et d'une année de probation. C'est le temps qu'il faut pour s'apprivoiser, estime Paul-Yvon.

L'entreprise fait surtout de la rénovation. Comme ses bureaux sont situés en ville, ses contrats sont souvent dans les environs. «On rénove aujourd'hui ce qu'on a rénové il y a 20 ans, observe Cristallen Eugène. Les jeunes familles forcent pour avoir de l'espace. Ils agrandissent en haut, en bas, sur les côtés...»

Et pourquoi les clients optent-ils pour une coopérative plutôt que pour une entreprise commerciale? Pas pour les coûts en tout cas : Constructions Ensemble suit les prix du marché.

Selon Cristallen, en embauchant des membres d'une coopérative, le client s'assure d'une «éthique comportementale respectueuse». «On est dans l'intimité des gens», fait valoir le menuisier de 41 ans. «On a un rapport émotionnel avec eux. On a le souci de l'être humain. On sait comment agir.»

La rénovation de la façade d'une maison de... (Courtoisie) - image 2.0

Agrandir

La rénovation de la façade d'une maison de Sillery, une réalisation de Constructions Ensemble

Courtoisie

Faire partie d'une coop exige une implication et un esprit d'appartenance. Chaque membre investit quelques heures bénévolement toutes les semaines dans divers comités. En revanche, chacun jouit d'un milieu humain qui favorise la conciliation travail-famille, analyse Simon Gosselin. «Personne ne cherche à s'acheter un yacht à la fin de l'année, illustre Guillaume Audet. Ce n'est pas la rentabilité à tout prix.»

Cristallen Eugène profite lui-même de cet élan communautaire. Il travaille sur un projet de construction de maisons et d'une clinique médicale, au Guatemala, pour lequel sa coop lui a donné 3000 $. Comment? Un commissionnaire récupère les métaux dans les chantiers, il les vend et la coop, au lieu d'empocher l'argent, le refile à Cristallen.

Pas d'arrangement possible

Que les clients se le tiennent pour dit : «Il n'y a pas d'arrangement possible.» Les paiements en dessous de la table? Jamais! «Le travail se fait proprement», résume Paul-Yvon. Grâce à la commission Charbonneau, l'honnêteté a pris le dessus sur les pots-de-vin dans les chantiers, et les coops ont pris du galon. 

Paul-Yvon laissera une maison propre quand il partira à la retraite. Ses collègues rajeuniront l'image de l'entreprise, s'occuperont de son site Web (www.constructionsensemble.com) et se répartiront les responsabilités qu'il avait «ramassées». Ils parlent d'une nouvelle structure «horizontale». 

Paul-Yvon est en paix avec cette passation qui se déroulera «de façon active et puissante», pour utiliser la formule de Cristallen. «Pas question de créer un petit patronat collectif», assure ce dernier.

Alors que ses jeunes se targuent de laisser chaque soir des chantiers no trace (sans trace de la présence d'ouvriers), Paul-Yvon, lui, partira en leur léguant l'empreinte d'une carrière dédiée aux relations humaines.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer