Ébénisterie Marquis et filles: le rêve réalisé de Julie

Julie Marquis travaille à temps plein avec son... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Julie Marquis travaille à temps plein avec son père, Denis, depuis 2003.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Denis et Julie Marquis font la paire au sein de l'entreprise de Lévis qui porte leur nom, Ébénisterie Marquis et filles. Oui, «filles» est au pluriel: c'est une façon pour le papa de se positionner fièrement dans ce «monde de filles» qui est le sien.

«Qui ne rêverait pas de travailler avec son père?» confie Julie, 26 ans, la deuxième des trois filles de Denis. Elles ont toutes, dans leur adolescence, bossé dans l'entreprise qu'il a fondée en 1992. Mais seule Julie y est à temps plein aujourd'hui, forte de ses deux DEC techniques, en design et en ébénisterie.

Bien qu'il ait trois petits-fils, Denis parle d'un «monde de filles», en évoquant sa femme et leurs sept petites-filles. Une famille tissée serré, quoi! Julie a même acheté la résidence de ses parents, à Lévis, qui ont emménagé, eux, dans une maison de ville tout près du fleuve.

Les Marquis fabriquent du mobilier sur mesure, avec leur trois autres employés, deux ébénistes et un peintre-finisseur. Au début, ils vendaient aussi des antiquités. «C'était un prétexte pour faire entrer les passants et les touristes», raconte Denis.

Décorative et pratique, cette unité murale est faite d'eucalyptus... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.0

Agrandir

Décorative et pratique, cette unité murale est faite d'eucalyptus fumé et de merisier laqué turquoise. Le panneau central coulisse pour cacher ou dévoiler le téléviseur.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Le Soleil a rencontré Julie au kiosque qu'elle avait aménagé au Salon de l'habitation Chaudière-Appalaches, à la mi-janvier. Il y avait là une unité murale en eucalyptus fumé parée de panneaux turquoise de merisier laqué, des tables d'appoint de noyer de style scandinave, des lampes modernes en bois, un meuble-lavabo plaqué en ébène. C'était pimpant! Ce mobilier a retrouvé sa place dans la salle de montre de l'ébénisterie. Il constitue une belle vitrine pour ses artisans.

«On a subsisté parce qu'on s'est adapté», résume Denis. Cette année, par exemple, il prévoit une demande accrue pour le mobilier vintage des années 50 à 70. IKEA est une source perpétuelle d'inspiration pour les consommateurs. Les Marquis se plient à leurs goûts, en leur offrant un supplément de qualité et d'originalité.

La vie en condo a entraîné une transformation du mobilier : les meubles rapetissent, souvent à la faveur de la réduction des appareils électroniques. Les télés à écran plat ont créé une demande pour des modèles plus compacts d'unités murales. Les lits escamotables sont devenus populaires.

Les Marquis, en somme, ont su profiter de cette évolution en s'y conformant. Pour eux, il s'agit de «mettre les pieds dans une maison». «En moyenne, on fait affaire deux, trois fois avec le même client», mentionne Julie.

Aucun mandat ne les rebute. Ils peuvent recoller un barreau de chaise, refaire une cuisine au complet, restaurer du mobilier.

Communication

Julie fait «de tout» dans cette boîte: accueil de la clientèle, achat des matériaux, plans, suivi de chantier. «J'ai eu la chance de commencer à travailler dans une entreprise déjà établie», convient-elle. Son «expertise» de designer rassure les clients, observe-t-elle.

Ce vaissellier rouge et blanc de style scandinave a... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 3.0

Agrandir

Ce vaissellier rouge et blanc de style scandinave a été fabriqué avec du sycomore laqué blanc. 

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

La petite équipe mise sur l'ouverture d'esprit et la communication. «Les employés ne sont pas des pousseux de planches, dit-elle. Ils sont créatifs.»

Aucun mandat ne les rebute. Ils peuvent recoller un barreau de chaise, refaire une cuisine au complet, restaurer du mobilier.

Communication

Julie fait «de tout» dans cette boîte: accueil de la clientèle, achat des matériaux, plans, suivi de chantier. «J'ai eu la chance de commencer à travailler dans une entreprise déjà établie», convient-elle. Son «expertise» de designer rassure les clients, observe-t-elle.

La petite équipe mise sur l'ouverture d'esprit et la communication. «Les employés ne sont pas des pousseux de planches, dit-elle. Ils sont créatifs.»

Une cuisine rajeunie

Avant... (Courtoisie) - image 5.0

Agrandir

Avant

Courtoisie

Après... (Courtoisie) - image 5.1

Agrandir

Après

Courtoisie

L'entreprise Ébénisterie Marquis et filles a plusieurs cordes à son arc, notamment le resurfaçage des armoires de cuisine. Voici un «avant-après» qui démontre son savoir-faire. Des portes de merisier ont remplacé les anciens panneaux de mélamine. La structure apparente, elle, a été plaquée avec du bois. Le comptoir a été rajeuni. Des moulures de tête et un cache-néon ont été ajoutés. Le comptoir-lunch a été retiré afin de maximiser l'espace de rangement du nouvel îlot.  

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer