Cinq légumes tendance

Le chou-fleur orange... (123RF/Pauliene Wessel)

Agrandir

Le chou-fleur orange

123RF/Pauliene Wessel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Larry Hodgson</p>
Larry Hodgson

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Les modes vont et viennent dans l'habillement et la coupe des cheveux, mais dans le monde des légumes aussi. Chaque année porte son lot de légumes qui, tout d'un coup, deviennent très populaires. Regardons quelques exemples que vous trouverez dans les marchés cet été... mais que vous pouvez aussi cultiver chez vous.

1. Chou-fleur orange (Brassica oleracea botrytis 'Cheddar')

C'est un vrai chou-fleur, mais sa couleur orange indique une richesse en bêta-carotène (un précurseur de la vitamine A) supérieure de 25 % à celle du chou-fleur. Contrairement aux autres légumes présentés ici, qui ont tous une histoire de culture qui se perd dans l'Antiquité, le chou-fleur orange est un hybride moderne, développé à partir d'un chou-fleur mutant trouvé dans un champ de culture en Ontario en 1970. Il a pris plus de 40 ans d'hybridation intensive pour développer la variété orange franc que nous connaissons aujourd'hui. (On l'a obtenu par hybridation conventionnelle : il n'est pas un OGM!) 

Plus facile à cultiver que le chou-fleur classique (notamment parce qu'il n'est pas nécessaire de le blanchir en attachant ses feuilles ensemble), il donne de la couleur vive à un légume d'allure insipide. On le cultive exactement comme le chou-fleur traditionnel, le semant au printemps dans un emplacement ensoleillé pour une récolte à l'automne. 

-----

2. Chou noir de Toscane ou chou dinosaure (Brassica oleracea sabellica 'Laciniato')

Le chou noir de Toscane, aussi appelé chou... (123RF/Ruud Morijn) - image 2.0

Agrandir

Le chou noir de Toscane, aussi appelé chou dinosaure

123RF/Ruud Morijn

C'est un type de chou kale cultivé en Toscane depuis des siècles et presque oublié jusqu'à récemment, mais qui retrouve ses lettres de noblesse grâce à sa riche teneur en vitamines (A, B, C, E et surtout K), en minéraux (fer, calcium, phosphore, potassium et plusieurs autres), en antioxydants et grâce à son goût moins amer que plusieurs autres choux kale. Contrairement au chou classique, il ne forme pas de pomme, mais offre une épaisse tige dressée jusqu'à 90 cm de hauteur portant des feuilles longues et étroites, gris vert foncé et fortement bosselées, comme la peau d'un sauropode, une texture qui lui a mérité le nom de chou dinosaure ou kale dinosaure (un nom à utiliser pour tenter de stimuler l'intérêt des enfants difficiles!).

Il pousse au soleil dans tout sol riche et est facile à cultiver à partir de semences ou de plants achetés en pépinière. Il est très prolifique, produisant des feuilles santé pendant tout l'été. Il suffit de récolter quelques feuilles inférieures à la fois, laissant la tête continuer de croître. À la fin de l'automne, avec son «tronc» dénudé par la récolte et sa tête encore pleine de feuilles, il ressemble à un petit palmier! On peut utiliser le chou noir en salade, dans toute recette qui demande le chou ou le kale et il est parfait aussi pour des smoothies santé.

-----

3. Céleri-rave (Apios graveolens rapaceum)

Le céleri-rave... (123RF/Emilija Manevska) - image 3.0

Agrandir

Le céleri-rave

123RF/Emilija Manevska

C'est une variante du céleri, mais avec une racine enflée en forme de gros bulbe noueux. Il n'est pas nouveau sur le marché, mais on dirait que les chefs viennent de le découvrir et stimulent enfin, avec leurs nombreuses recettes à la télévision, l'intérêt des jardiniers. Une fois que vous l'aurez pelé pour enlever son extérieur bosselé bizarre, vous voilà avec un beau tubercule blanc et croquant au goût de céleri, mais beaucoup plus doux, qu'on peut utiliser à la manière d'une pomme de terre. On peut ainsi le rôtir, le réduire en purée, l'ajouter aux ragoûts, en faire un potage, etc. Sa culture est plus facile que le céleri branche. Semez-le à l'intérieur à la fin de mars, le transplantant au jardin quand il n'y a plus de risque de gel. Il aime le plein soleil et un sol humide et frais et apprécie un bon paillis. On peut le récolter au milieu de l'été, quand la racine est de la taille d'une balle de tennis, ou attendre jusqu'aux premiers gels, ce qui donne une racine plus grosse qui peut se conserver plusieurs mois dans la chambre froide.

-----

4. Plante champignon ou champignon vert (Rungia klossii)

La plante champignon, que l'on nomme également champignon... (123RF/Pauliene Wessel) - image 4.0

Agrandir

La plante champignon, que l'on nomme également champignon vert.

123RF/Pauliene Wessel

Nouvelle dans les catalogues horticoles cette année, la plante champignon, aussi appelée champignon vert ou rungie de Kloss, fait beaucoup jaser les jardiniers avec son feuillage vert foncé luisant et croquant au goût de champignons, mais sans la texture lisse qui en répugne certains. C'est un légume tropical originaire de la Papaouasie-Nouvelle-Guinée qu'on peut facilement cultiver au potager comme annuelle. Il suffit de récolter les feuilles à tout moment, selon la quantité désirée, même seulement quelques feuilles, sans avoir besoin d'ouvrir une boîte de champignons ou d'acheter une barquette.

On peut manger les feuilles crues ou cuites (mais ajoutez-les un peu avant de servir, sinon elles perdent leur couleur) dans les salades, les soupes et les ragoûts ou s'en servir comme garniture. Cultivez-la à la mi-ombre dans un emplacement chaud au sol riche et plutôt humide. Un paillis serait un atout pour maintenir l'humidité nécessaire.

-----

5. Concombre mexicain ou cucamelon (Melothria scabra)

Le cucamelon, connu sous le nom de concombre... (123RF/Alfred Hofer) - image 5.0

Agrandir

Le cucamelon, connu sous le nom de concombre mexicain

123RF/Alfred Hofer

Cette plante grimpante est apparentée au concombre, mais avec de tout petits fruits (à peine plus gros qu'une olive). Ils sont vert moyen marbré de blanc à la manière d'une pastèque. Le concombre mexicain peut atteindre 3 m de hauteur si on lui fournit un treillis ou un tuteur autour duquel ses vrilles peuvent se fixer. Les fleurs jaunes rappellent celles d'un concombre et son goût est assez similaire, mais plus acide. On peut les manger frais ou cuits, mais typiquement, on les fait mariner pour en faire de petits cornichons. Cultivez-le comme un concombre à partir de semis faits à l'intérieur en avril dans un pot de tourbe. Le concombre mexicain est plus facile à cultiver qu'un concombre classique, car il tolère mieux la sécheresse et est plus résistant aux maladies.

Voilà! Plusieurs légumes très à la mode à essayer en cuisine... et à cultiver au potager aussi!

-----

Et un aspirant, la tomate des cannibales (Solanum uporo)

En raison de son nom, la tomate cannibale... (123RF/vainillaychile) - image 6.0

Agrandir

En raison de son nom, la tomate cannibale attire l'attention.

123RF/vainillaychile

D'accord, ce légume n'est pas encore aussi populaire que les précédents, mais avec un nom comme «tomate des cannibales», il attire quand même l'attention. Son fruit rond, rouge à maturité, rappelle une tomate, mais son port est plus près de celui d'une aubergine. C'est un plant dressé et ramifié portant des fleurs violettes qui donnent les célèbres «tomates». Son nom commun vient du fait qu'autrefois, les Fidjiens cannibales l'auraient utilisée pour faire une sauce rouge destinée à accompagner la chair humaine. Cultivez-la à la manière d'une aubergine : un semis à l'intérieur à la fin de mars suivi d'un emplacement ensoleillé et chaud au potager pendant l'été. Le feuillage aussi est comestible.

***

Réponses à vos questions

  • Excroissances sur des feuilles de tilleul
Q Je possède un grand tilleul devant ma résidence et je remarque que beaucoup de feuilles ont des excroissances rouges, comme des petits vers. Vous pourrez le constater sur la photo jointe. J'aimerais savoir si c'est grave et s'il y a une protection à appliquer pour remédier à la situation. 

Luc-Olivier Lamontagne

R Il s'agit de galles causées par le phytopte du tilleul (Phytoptus anormalis), un minuscule acarien. Comme la plupart des galles des feuilles, elles sont essentiellement anodines, ne causant pas de dommages dignes de mention à l'arbre, et aucun traitement n'est donc nécessaire. Vous pouvez essayer de prévenir le phytopte avec un traitement à l'huile au stade dormant au début du printemps si vous voulez, mais la meilleure solution consiste à fermer l'oeil sur le problème. Il existe de nombreuses galles foliaires possibles chez les arbres, causés par différents insectes et acariens, chacun avec son espèce d'arbre préférée, mais leur cycle est similaire. Au printemps, la femelle perce une feuille et y pond un ou des oeufs ainsi qu'une substance hormonale qui provoque une croissance anormale des tissus environnants : la galle. Cette excroissance sert d'abri et de source de nourriture à sa progéniture : les nymphes consomment un peu des tissus de la plante à l'intérieur de la galle. À maturité, les jeunes insectes et acariens quittent la galle pour aller vivre ailleurs. Puis le cycle recommence au printemps. Les galles sont généralement assez sporadiques et ne reviennent pas nécessairement une deuxième année. Comme la feuille atteinte continue de faire de la photosynthèse et que les nymphes, presque microscopiques, ne consomment que quelques cellules, l'arbre n'est pas dérangé par cette présence étrangère. Et tant mieux, car les nymphes étant à l'abri à l'intérieur des tissus des feuilles, peu de pesticides pourraient les atteindre.

-----

  • Lilas japonais au feuillage difforme
Q Notre lilas japonais, qui a toujours été si beau dans le passé, a des feuilles bizarres cette année, aux marges enroulées et un peu jaunies aussi. Maintenant, les feuilles commencent à tomber. Pourtant, nous ne voyons aucun insecte ni champignon. Que se passe-t-il?

Pouvons-nous le sauver?

B. Blanchard

R Votre arbre a sans doute été touché par un herbicide. C'est un phénomène de plus en plus courant dans la région, car beaucoup de gens confient maintenant la gestion de leur pelouse à des compagnies d'entretien de pelouse qui utilisent un herbicide de synthèse appelé dicamba. Ce traitement est censé réduire la quantité de pissenlits et d'autres mauvaises herbes présentes dans la pelouse, car le dicamba est un herbicide sélectif : il touche peu aux graminées du gazon, mais à beaucoup d'autres plantes, dont plusieurs mauvaises herbes et, malheureusement, aussi les vivaces, les annuelles et les légumes dans les jardins à proximité et même les arbres et arbustes. Il se trouve que le lilas du Japon (Syringa reticulata) est tout spécialement sujet aux dommages causés par cet herbicide. Si ce produit est mal appliqué, ses vapeurs peuvent s'étendre sur plusieurs mètres. Ainsi, le traitement n'a pas nécessairement été fait chez vous, mais peut avoir été appliqué chez un voisin. Si les traitements cessent, il y a de bonnes chances que votre arbre récupère. S'ils continuent, l'arbre finira sûrement par en mourir. Théoriquement, les applicateurs ne doivent pas vaporiser des herbicides quand il vente, quand l'air est très humide, quand il fait chaud, quand il y a risque de pluie dans les heures suivantes (sinon l'herbicide peut pénétrer le sol et s'attaquer aux racines) ni à proximité des plates-bandes, des potagers et d'autres plantations, mais tous ne sont pas très méticuleux dans leur application. Je vous suggère de vous plaindre à votre compagnie de traitement de pelouse ou, si c'est sur un terrain voisin que le traitement a été fait, au propriétaire du terrain. Souvent, ce dernier ne sait même pas qu'on applique des pesticides si toxiques sur sa pelouse : ce détail est souvent bien caché dans le contrat.

Pour poser vos question à notre chroniqueur, écrivez un courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.

***

Calendrier horticole

  • Expo bonsaï 2017
La Société de bonsaï et de penjing du Québec présente l'exposition Expo bonsaï 2017 le samedi 8 juillet et le dimanche 9 juillet. Elle se tiendra à la Pépinière Bonsaï Gros-Bec, 40, rue Imbeault, Saint-Alphonse-Rodriguez de 10h à 17h les deux jours. Sur place, vous pourrez admirer certains des plus beaux bonsaïs du Québec. Horaire détaillé : bonsaiduquebec.com/expobonsai2017. Prix d'entrée : 12 $.

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer